Accueil > Lonely Planet de Steven Dietz

Critiques / Théâtre

Lonely Planet de Steven Dietz

par Gilles Costaz

Deux hommes et des chaises

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On connaissait la compagnie Hercub’ pour ses mises en scène des pièces d’Israel Horovitz, qui avait même écrit spécialement pour elle. On connaît moins son virage vers le répertoire en faveur de l’écologie et des minorités. En fait, elle a découvert un autre auteur américain, Steven Dietz, dont elle a déjà donné avec succès Faux-Fuyants. Lonely Planet est une fable sur la fragilisation de la terre et des êtres humains, ces derniers étant toujours frappés par la malédiction du sida. Un commerçant en cartes géographiques (son magasin s’appelle Le Monde en cartes) reçoit la visite d’un ami qui, à chaque fois, lui apporte une chaise qui encombre sa boutique. Qu’est-ce que cela signifie ? Ce camarade est un affabulateur qui se dit un jour arroseur de pelouses, un autre jour professeur de fac, une autre fois restaurateur de tableaux, et ainsi de suite. On va comprendre que chaque chaise a été laissée par un homme mort du sida et que celui-ci survit par le souvenir que suscite la chaise. D’où l’importance de les conserver…
Steven Dietz écrit dans l’émotion pudique. Il se souvient des Chaises de Ionesco auxquelles il rend hommage en changeant leur sens : elles étaient le vide chez l’auteur de La Cantatrice chauve, elles ne sont plus le vide mais l’absence ici. Les deux acteurs, qui se croisent, s’assoient, se poursuivent sur un sol aux dessins de cartes. Ils ont chacun un extraordinaire rayonnement : Michel Burstin (le propriétaire du magasin), méditatif, et Bruno Rochette (le visiteur), entreprenant. Leur jeu et la fine mise en scène de Sylvie Rolland donnent à l’œuvre de Steven Dietz un sourire changeant qui est le masque des tristesses contenues et aussi le charme des spectacles réussis.

Lovely Planet de Steven Dietz,mise en scène de Sylvie Roland, avec Lichel Burstin et Bruno Rochette, lumière de Stéphane Graillot, scénographie de Jack Percher, Manufacture des Abbesses, 19 h, tél. : 01 42 33 42 03, jusqu’au 27 décembre (1 h ½).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.