Accueil > Le nouveau programme jeune public du Théâtre de la Ville

Actualités / Jeune Public / Théâtre

Le nouveau programme jeune public du Théâtre de la Ville

par Dominique Darzacq

Sur le fil de l’enchantement et de la pensée

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour être tombé dans la marmite théâtre à l’âge des culottes courtes en regardant son père Richard Demarcy travailler au Théâtre de la Tempête et en sillonnant les coulisses des théâtres de la Cartoucherie, Emmanuel Demarcy-Mota sait si bien qu’il n’y a pas d’âge pour découvrir les sortilèges du théâtre qu’il en a fait le slogan du Parcours enfance & jeunesse mis en place peu après son arrivée au Théâtre de la Ville, un engagement guidé, dit-il, « par la volonté concrète de tendre la main aux générations futures comme à tous ceux qui composent cette « cité monde » dans laquelle nous vivons et travaillons. Le souhait de proposer à chacun, à la fois l’enchantement et la pensée ». C’est de toute évidence sur ce double fil que se tissent les spectacles à voir en cette fin d’année dans le cadre Parcours enfance & jeunesse . ils ont également en commun de transgresser les codes et les genres, de marier les arts frères et de se voir au coude à coude avec son copain, sa tante, son oncle, sa cousine, son père, sa grand-mère, ou encore et tout simplement en famille.

Fermé pour travaux, le Théâtre de la Ville exilé à l’Espace Cardin, éclate une partie de sa programmation dans divers lieux partenaires. C’est au Monfort qu’est proposé l’insolite et succulent Dark circus concocté par STEROPTIK à partir d’une histoire de Pef, auteur et illustrateur de nombreux ouvrages pour enfants, qui inventa Le Prince Motordu et dont les meilleurs amis sont les nuages et le vent.

Théâtre d’objets et d’images fabriqué à vue et en direct par Romain Bermond et Jean-Baptiste Maillet, tous deux plasticiens et musiciens, Dark Circus titille autant nos craintes que nos plus inavouables désirs. Qui, en effet, un soir au cirque n’a pas eu envie de voir le dompteur dévoré par le lion ? Qui n’a pas tremblé d’effroi et frissonné d’angoisse en se demandant avec un petit brin d’envie si le voltigeur n’allait pas tomber ? Et bien ça, justement, se passe sous ce sombre chapiteau où un Monsieur Loyal sur le retour bat le rappel en clamant « Venez nombreux, devenez malheureux ». De l’homme canon qui disparaît dans les airs à la trapéziste qui s’écrase au sol, les catastrophes s’enchaînent au rythme des numéros. Il y faudra les maladresses d’un jongleur pour redonner vie et couleur à ce drôle de cirque qui conjugue la magie et l’éclat de rire, où l’illusion se brasse en finesse de poésie (du 29 novembre au 17 décembre).

Magique également, mais sur un tout autre mode, est Chotto Desh ( Petite Patrie), d’Akram Khan chef de file de la danse contemporaine britannique, présenté au Théâtre des Abbesses du 21 décembre au 6 janvier. Le spectacle est une version à voir en famille du spectacle Desh créé en 2011. Il s’agit d’un conte chorégraphique et poétique qui, à travers le périple d’un jeune homme de Grande- Bretagne parti à la découverte du Bangladesh le pays de ses parents, nous parle de quête d’identité, jette des ponts entre l’orient et l’occident, entre danse contemporaine et danse traditionnelle indienne Kathak .Dans un décor mouvant de bande dessinée où le danseur ( en alternance Dannis Alamanos et Nicolas Riccini) grimpe à l’assaut d’arbres géants, croise d’impressionnants éléphants ou danse sous la mousson, le spectacle mêle danse, texte, effets visuels et sonores et nous embarque dans l’imaginaire et les rêves d’un jeune garçon en quête de ses racines.

Bien évidemment le jeune public n’est pas exclu des week-ends festifs qui marquent l’installation de l’équipe du Théâtre de la Ville à l’Espace Cardin qui devient pour quelques saisons sa résidence secondaire.
C’est ainsi, qu’outre La Chambre de Kristofer une installation multimédia et interactive qui permettra aux curieux de sensations fortes de faire quelques expériences sensorielles inédites (du 2 au 4 décembre), est programmée Suzette une nouvelle création de Fabrice Melquiot, auteur, metteur en scène et depuis 2012 directeur du Théâtre Am Stram Gram de Genève, centre international de création pour l’enfance et la jeunesse. On peut bien avoir inauguré le théâtre jeune public à la Comédie-Française avec Bouli Miro , participé à Odyssées en Yvelines avec Catalina in fine , avoir, avec Emmanuel Demarcy-Mota le complice de toujours, ré-enchanté Alice et ses merveilles sans être un spécialiste de l’enfance. Quelques magnifiques pièces, de L’inattendu à Pearl en passant par Marcia Hesse ou encore Le Diable en partage et bien d’autres en témoignent, non, Fabrice Melquiot n’écrit pas des pièces pour enfants mais, dit-il « des pièces accessibles aux jeunes spectateurs par entêtement à vouloir toujours revenir aux jeux, à la source de la présence au monde, pour mieux saisir le présent, mieux appréhender l’avenir ».

A travers l’histoire de Suzette qui nait avec une bosse sur le front ce qui persuade ses parents qu’ils ont fabriqué un génie, Fabrice Melquiot dans une formidable explosion des formes (musique, projections, dessins, chansons) plaide pour la résistance des enfants à la mise sous pression et suggère aux parents de laisser leurs enfants être génialement eux-mêmes plutôt que de tenter d’en faire la copie conforme de leurs propres désirs. Spectacle hors norme, Suzette « est une pièce de théâtre qui se prend pour un concert et un concert qui se prend pour une pièce de théâtre », c’est, sous la baguette de l’auteur, metteur en scène, l’alliage et l’alliance magistrale de musiciens électro-pop-rock, d’acteurs de haut vol, d’un vidéaste déjanté, d’un dessinateur live inspiré, c’est un grand barnum savamment organisé, une joyeuse récréation car pour Fabrice Melquiot , « face aux enfants, l’insulte à l’avenir est interdite et la joie doit répondre à l’expression des angoisses, des inquiétudes enfantines, le chemin doit éclairer l’errance ».

Parcours enfance & jeunesse, 6ème édition du 29 novembre au 6 janvier
Dark Circus ( STEROPTIK) le Monfort Théâtre du 29 novembre au 17 décembre
Chotto Desh chorégraphie Akram Khan, mise en scène Sue Buckmaster
Théâtre des Abbesses du 21 décembre eu 6 janvier
Suzette texte et mise en scène Fabrice Melquiot Espace Cardin du 2 au 8 décembre

Photos Dark circus ©J.M Besenval, Chotto Desh ©Richard Haughton , Suzette © Jeanne Roualet

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.