Accueil > Le Bourgeois gentilhomme de Molière

Critiques / Théâtre

Le Bourgeois gentilhomme de Molière

par Gilles Costaz

M. Jourdain sur un air de rock

Partager l'article :

Les élèves de l’Ecole d’art dramatique du Lucernaire ont l’obligation de faire leurs preuves dès leur sortie de l’Ecole : l’une des scènes du Lucernaire leur est confiée, ils doivent y jouer leur premier spectacle professionnel pendant deux mois et demi. Aucune autre école n’impose une aussi délicieuse contrainte ! Ce sont leurs directeurs-metteurs en scène, Florence Le Corre et Philippe Person, qui choisissent la pièce. Cet été, c’est Le Bourgeois gentilhomme pour lequel Philippe Person, ne pouvant s’offrir de fastueuses turqueries, a pratiqué quelques coupes et parfois introduit un parler d’aujourd’hui.
Cela se passe aujourd’hui, ou dans un temps anachronique où les robes sont volontiers courtes et les vestons chamarrés dans la fantaisie. Des sonorités rock résonnent, Lully n’en croirait pas ses oreilles. Les leçons prises par M. Jourdain, les complots des uns et des autres, les manigances de Dorante pour séduire Dorimène avec les cadeaux de Jourdain, les ruses de la jeunesse pour transformer le bourgeois en mamamouchi, tout se déplace dans un appartement décoré de cadres dorés et quadrillé de lumières découpant l’espace et le sol à damiers. Les maniaques des versions intégrales ne trouveront pas le grand ballet mais sauront s’amuser du coup de jeunesse donné à la pièce, comme si l’humour ne venait plus d’un point lointain du répertoire mais des jeunes qui viennent de fêter leurs vingt ans ces jours-ci. La distribution n’est pas la même tous les soirs, presque tous les rôles sont tenus en alternance (il y a plus d’élèves sortants que les huit acteurs requis par cette adaptation). Le soir où nous y étions, Jérémy Lelato proposait un M. Jourdain fort différent des rondeurs habituelles, une sorte de jeune homme bienveillant sans les ridicules des vieux sbires. Jeanne Perney était Mme Jourdain avec une très plaisante autorité de bourgeoise guindée dans son élégance du XVIe arrondissement. Anna Kobakhidze compose une Dorimène joliment givrée qui est un peu le symbole de cette mise en scène : la drôlerie satirique de Molière est bien là, mais mêlée à une humeur burlesque qui surgit en à-coups et en accélérations. Tous les acteurs sont dans ce juste cocktail de respect et de folie douce. Un bien convaincante façon de s’accaparer un classique.

Le Bourgeois gentilhomme de Molière, adaptation de Philippe Person, mise en scène de Florence Le Corre et Philippe Person, décor de Vincent Blot, costumes de Florence Le Corre, AVEC LE COLLECTIF QUEUSSI-QUEUMI, TROISIÈME PROMOTION DE L’ÉCOLE D’ART DRAMATIQUE DU LUCERNAIRE
LOUISE DELILEZ MADAME JOURDAIN / MAÎTRESSE DE MUSIQUE (EN ALTERNANCE) JULIETTE DERKX LUCILE / MAÎTRESSE DE MUSIQUE (EN ALTERNANCE) DOMINIKA DOBROKÀ NICOLE / MAÎTRESSE D’ARMES (EN ALTERNANCE) YOANN FOISSY COVIELLE (EN ALTERNANCE)
ANATOLE FOLLENFANT MONSIEUR JOURDAIN (EN ALTERNANCE)
CÉCILIA GÉRARD-HIRNE DORIMÈNE (EN ALTERNANCE)
JENNIFER GUILLET LUCILE / MAÎTRESSE DE DANSE (EN ALTERNANCE) JEANNE GUINEBRETIERE NICOLE / MAÎTRESSE DE DANSE (EN ALTERNANCE) ANNA KOBAKHDIZE DORIMÈNE (EN ALTERNANCE)
MARINE LECARPENTIER LUCILE / MAÎTRESSE DE DANSE (EN ALTERNANCE) JUDITH LEDER MADAME JOURDAIN / MAÎTRESSE DE MUSIQUE (EN ALTERNANCE) JÉRÉMY LEITAO MONSIEUR JOURDAIN (EN ALTERNANCE)
JEANNE PERNEY MADAME JOURDAIN (EN ALTERNANCE)
ARTHUR RADIGUET DORANTE / MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
ELIE ROFE COVIELLE (EN ALTERNANCE)
MARIA SOMBRIN DORIMÈNE (EN ALTERNANCE)
MATÉO TROIANOVSKI CLÉONTE / MAÎTRE D’ARMES (EN ALTERNANCE) CHARLOTTE TRONCHON NICOLE (EN ALTERNANCE)
JUDITH VOQUER LUCILE / MAÎTRESSE DE DANSE (EN ALTERNANCE).

Le Lucernaire, 20 h, le dimanche 17 h, tél. : 01 45 44 57 34, jusqu’au 22 août. (Durée : 1 h 20).

Photo Jennifer Guillet.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.