Accueil > La Mousson d’été de Pont-à-Mousson

Actualités /

La Mousson d’été de Pont-à-Mousson

par Dominique Darzacq

Avec vents méditerranéens

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

28 auteurs présents, venus des quatre points cardinaux, 12 traducteurs, 32 musiciens, réunis pendant 7 jours du 21 au 27 août, telle pourrait se résumer cette nouvelle édition de La Mousson d’été. Manifestation dont les visées ont plus affaire avec les lettres qu’avec les chiffres. Du moins, en ces temps amateurs de statistiques et évaluations, sont-ils les révélateurs de l’intérêt qu’elle suscite auprès des gens de théâtre, son ancrage dans le paysage théâtral, comme sa longévité atteste de son succès public.

Depuis vingt et un ans, à quelques encablures de l’automne et du rush de la rentrée parisienne Michel Didym, directeur du Théâtre de la Manufacture de Nancy et initiateur de La Mousson d’été, invite le public comme les professionnels à prendre le pouls du vif de l’écriture théâtrale à l’Abbaye des Prémontrés sise sur les bords de la Moselle. De 9h30 à minuit, d’ateliers en lectures, de mises en espace en impromptus, de tables rondes en rencontres avec un auteur, c’est ce qui s’écrit pour la scène ici, ailleurs, mais maintenant qui, en toute convivialité, est mis sur le gril et proposé à notre curiosité.
Avec, entre autres, la lecture du palestinien Mahmoud Darwich, de l’irakien Salah Al Hamdani, du libanais Ounsi El Hage, (Un autre jour viendra), du syrien Wael kadour (Les Petites chambres) , de l’italien Roberto Scarpetti (Viva Italia) du catalan Pau Miro ( Les Joueurs) , du portugais Mikael de Oliviera, Michel Didym s’est plu à faire souffler le vent de la méditerranée sur cette édition qui fait également une large place aux écrivaines. Parmi celles-ci, Nathalie Fillion qui évoquera son parcours d’auteur et de femme de théâtre et, à travers son œuvre et celles de quelques autres, soulèvera « les multiples questions qui se posent à une femme qui écrit , à peine un siècle après la parution de Une chambre à soi que Virginia Woolf adresse aux femmes qui écriront, après toutes celles qui n’ont pas écrit ».

Tandis que le québécois Daniel Danis orchestrera la lecture de sa pièce L’Île Saline Michel Vinaver donnera au public de Pont à Mousson la primeur de sa dernière pièce Bettencourt Boulevard ou une histoire de France , qui sera créée au mois de novembre prochain au TNP-Villeurbanne dans une mise en scène de Christian Schiaretti. Une réjouissante et acide comédie qui transcende l’actualité dont elle s’inspire, pour donner à voir ce qui peut scandaleusement nouer l’argent et la politique.

Qu’ils soient du nord ou du sud, les auteurs invités mettent sur la sellette quelques brûlantes questions à propos de l’argent qui n’a pas le même parfum selon qu’on est riche ou pauvre, de l’Europe comme elle ne va pas, de nos idées reçues sur la guerre, la famille, notre environnement mis à mal mais surtout ils témoignent de nos mutations et nous interrogent sur notre avenir. Il suffit de tendre l’oreille.

La Mousson d’été du 21 au 27 août - 7 à 10 € pour les spectacles, entrée libre pour les lectures
Pont-à-Mousson (Abbaye des Prémontrés) tel 03 83 81 20 22

Photo DR

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.