Accueil > L’être ou pas de Jean-Claude Grumberg

Critiques / Théâtre

L’être ou pas de Jean-Claude Grumberg

par Corinne Denailles

Comment vous dire ?

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Qu’est-ce qu’être juif ? Vaste question inépuisable, sans réponses simples satisfaisantes, et dont la complexité est une des sources des préjugés qui courent depuis toujours à son endroit. Le titre initial du texte, "Pour en finir avec la question juive", prétendait ironiquement liquider l’affaire, sachant le projet impossible.
Dans une poignée de saynètes interprétées avec alacrité et finesse par Pierre Arditi et Daniel Russo, Jean-Claude Grumberg interroge avec humour la difficulté de vivre ensemble et de se comprendre qui commence par la rivalité entre l’escalier A et l’escalier B de l’immeuble. Les scènes se passent justement dans l’escalier A (belle scénographie épurée de Vincent Tordjman). Chaque rencontre entre deux voisins est l’occasion de questionnements. L’un est juif, l’autre pas. Le second a une femme qui surfe sur internet jour et nuit et cherche sur la toile la réponse à ses interrogations que son mari transmet à son voisin juif censé détenir les réponses. Grumberg stigmatise en riant les ravages causés par internet ("juif vous l’êtes, c’est sur internet"), l’ignorance mère de tous les préjugés. Madame rend personnellement responsable son voisin, entre autres, du malheur des Palestiniens : "ma femme m’a dit ce que vous faites aux Palestiniens". Elle juge qu’il est un mauvais juif parce qu’il ne respecte aucun précepte religieux. Au terme d’une dizaine d’échanges musclés qui abordent une foule d’aspects, le couple a fait sa mue dans une progressive et radicale conversion au judaïsme dont la principale caractéristique est l’intolérance, classique chez les nouveaux convertis.
Comment expliquer qu’on peut se sentir profondément juif et ne pas manger casher (ou hallal, c’est pareil...), ne pas faire shabbat ni aller à la synagogue, se sentir "de plus en plus juif et de plus en plus athée" ; comment définir l’identité juive ? Grumberg a commenté ainsi ce paradoxe : "Afin d’être aussi complet que possible, je signale à ceux que la question continuerait à tarauder qu’un professeur émérite d’Harvard a répertorié à ce jour 8612 façons de se dire juif. Ne se reconnaissant dans aucune, il a déclaré à la presse qu’il poursuivait ses recherches. Je m’associe modestement, mais de tout mon cœur, à sa quête."
La mise en scène sobre de Charles Tordjman valorise les saillies du texte et le jeu des comédiens. Un spectacle court, drôle et percutant qui pratique gaiement l’autodérision, un spectacle salutaire, voire à haute vertu pédagogique, en ces temps d’obscurantisme avancé.

L’être ou pas de Jean-Claude Grumberg, mise en scène Charles Tordjman avec Pierre Arditi et Daniel Russo. Scénographie : Vincent Tordjman. Lumières : Christian Pinaud. Musique : Vicnet. Costumes : Cidalia Da Costa au théâtre Antoine jusqu’au 29 mars (reprise en octobre), du mardi au vendredi à 19h, dimanche à 15h. Durée : 1 heure.
Rés : 01.42.08.77.71.
www.theatre-antoine.com

Texte aux éditions Actes Sud sous le titre Pour en finir avec la question juive.

© ArtComArt

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.