Accueil > L’Avare de Molière

Critiques / Théâtre

L’Avare de Molière

par Dominique Darzacq

Le rire au noir

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis qu’en 1923 Charles Dullin le débarrassa de ses gags outranciers et de ses grimaces, Harpagon, rapace agrippé à sa cassette de dix mille écus n’a jamais plus quitté la scène, changeant de couleur et de ton, allant de la farce au drame et du drame à la farce selon les temps et les manières de le regarder. Tandis que Louis Jouvet et Jean Vilar ont pu voir dans L’Avare un vaudeville, plus tard, Roger Planchon y verra une tragédie familiale. Une conception que semble partager Jacques Osinski qui met la pièce en scène aujourd’hui en la dépaysant de son siècle pour la mettre dans nos temps capitalistes où, comme chez Harpagon, l’argent est au cœur de toutes choses.

Veuf, Harpagon qui veut refaire sa vie, a des vues sur la jeune et belle Marianne que son fils Cléante envisage d’épouser. A partir de la rivalité du père et du fils et de la violence de leurs rapports, Jacques Osinski s’attache à démonter le fonctionnement d’une cellule familiale que l’avarice gangrène et corrompt, où prospèrent la révolte, la haine, le mensonge, où l’amour est victime de l’argent. Certes Harpagon est un bien méchant ladre, mais autour de lui personne n’est innocent, si l’argent est sa raison de vivre, elle obsède tout autant son fils Cléante qui, aidé de La Flèche, cherche tous les moyens de s’en procurer pour échapper à la tutelle d’un père qu’il voudrait bien voir mourir. “ Et que nous servira d’avoir du bien, s’il ne nous vient que dans le temps que nous ne serons plus dans le bel âge d’en jouir ”. Il est tout aussi bien le moteur des bons offices de Frosine qui aura marchandé les jeunes appâts de Marianne sans obtenir le moindre liard d’Harpagon qui au bout du compte la troque contre la restitution de sa bien-aimée cassette.

“ Toute la vie d’une maison s’y dévoile, les consciences s’y trahissent ” remarquait Jacques Copeau, une maisonnée que Jacques Osinski installe dans l’espace réaliste et contemporain d’une vaste salle de séjour avec cuisine intégrée sertie de bois sombre (décors Christophe Ouvrard). Avec ses doubles rideaux tirés, sa plante verte, son papier peint dont les dessins permettent de dissimuler un coffre à code digital, l’ensemble évoque tout aussi bien l’aisance masquée d’austérité des maisons bourgeoises, champ clos où fermentent rancœur et haine, que l’antichambre d’un banquier où se manigancent les affaires et se marchandent le taux des emprunts.

Loin des outrances dont on le leste souvent, le jeu tout en nuances de Jean-Claude Frissung teinte d’humanité cet “ humain le moins humain de tous les humains ” qu’est Harpagon. Avaricieux en savate inspectant à l’aube la fiabilité de son coffre, père au cœur sec qui brade sa progéniture en cherchant à la marier sans dote, tyran domestique violent et colérique, amant quinteux et anxieux, mais gobant avec une enfantine naïveté les bobards de Frosine, sidéré et comme foudroyé en fesse-mathieu dérobé, Jean-Claude Frissung pousse Harpagon dans tous les méandres d’un homme pétri de solitude, accroché à sa cassette comme une moule à son rocher, autrement dit à la vie et, sans le rendre plus aimable, laisse entrevoir comme par mégarde quelque secrète blessure de l’âme. Pour sa part, Christine Brücher , maquerelle déguisée en chaisière est une Frosine du même bois que l’inquiétant et cynique La Flèche (Clément Clavel) tous deux épatants. Avec eux, Arnaud Simon (Cléante), Delphine Hecquet (Marianne) Alice Le Strat (Elise) Alexandre Steiger (Valère) dessinent à la pointe sèche les membres de cette drôle de famille où s’expriment à cru quelques vérités exprimées d’habitude de manière plus feutrée.

La mise en scène nerveuse de Jacques Osinski qui finement élague du côté du happy-end, donne à cet « Avare » des saveurs de roman noir et suggère au passage que Molière, en cette affaire, pourrait bien être l’ancêtre de Pierre Desproges.

Créé la saison dernière au Théâtre Jean-Vilar de Suresnes, ce spectacle qui vaut le détour est actuellement à l’affiche de l’ArtisticThéâtre

L’Avare de Molière, mise en scène Jacques Osinski avec Jean-Claude Frissung, Christine Brücher, Clément Clavel, Delphine Hecquet, Alice Le Strat, Baptiste Roussillon, Arnaud Simon, Alexandre Steiger (durée 2h)

Artistic Théâtre du 15 novembre eu 15 janvier tel 01 43 56 38 32

Photos ©Pierre Grosbois

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.