Accueil > L’Apprenti de Daniel Keene

Critiques / Festival / Théâtre

L’Apprenti de Daniel Keene

par Corinne Denailles

Choisir sa famille

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’écrivain australien Daniel Keene a écrit un très joli texte en direction de la jeunesse qui touchera les adultes comme les plus jeunes. On y retrouve ses thématiques favorites qui tournent autour de la complexité des relations humaines et sociales mais sur un mode lumineux qui ne lui est pas coutumier.
Un adolescent plutôt solitaire et un peu déphasé souffre, dit-il, du manque d’affection de son père. Bon à rien aux yeux du père, Julien est en vérite un gamin intelligent, vif, naïf et idéaliste, et le roi des mots croisés. Il a décidé de partir en quête d’un père de substitution sans quitter sa chambre. Il observe à la jumelle les clients du café d’en face et après examen des "candidats", il jette son dévolu sur Pascal, un journaliste peu actif. Quand il l’aborde pour la première fois, il sait déjà beaucoup de choses sur lui. Surpris, Pascal ne veut pas rentrer dans ce jeu mais Julien, secrètement malheureux, à la fois désespéré et plein d’espoirs, ne supporte pas que son rêve soit inaccessible. Pascal a beau lui expliquer qu’on ne peut pas changer de père et que de toute façon il n’a pas la fibre paternelle, rien n’y fait. Le garçon s’obstine et c’est ainsi qu’au fil des mois, il parvient à apprivoiser Pascal et que des liens se tissent. Ils construisent une belle relation, fragile et sincère où la communication tient le premier rôle. Julien est heureux d’avoir su le convaincre et de démontrer qu’il est possible de choisir sa famille.
Rien de mièvre dans ce tendre conte qui fat l’éloge de l’adoption au sens large du terme et surtout de la nécessité de communiquer et d’aimer. Le père biologique de Julien a perdu son fils parce qu’il n’a pas su le comprendre, l’écouter, lui parler, s’intéresser à lui. Julien a pris sa vie en main mais sans le regard de l’autre rien n’aurait été possible.
Dans la mise en scène abstraite de Yann Dacosta (metteur en scène inspiré d’une Affaire de la rue de Lourcine décapante), agrémentée de dessins projetés, Florent Houdu et Jean-Marc Talbot défendent leur partition avec une grande justesse. Un spectacle subtil, tendre et intelligent.

L’Apprenti de Daniel Keene, traduction Séverine Magois, mise en scène Yann Dacosta
Avec Florent Houdu et Jean-Marc Talbot. Festival d’Avignon, Le Petit Louvre à 14h. Durée : 1h. Tel. 04 32 76 02 79.

Texte aux éditions Théâtrales jeunesse
Photo : Julie Rodenbourg

Tournée
30-11/1-12 Théâtre du château, EU (76)
15-16/12 Centre culturel d’Avranche (50)
2-3-4/2/2016 Le Passage, Fécamp (76)
5-2/2016 Le Moulin, Louviers (27)
1-3/2016 ODC de l’Orne, Domfront (61)
19-20-21/4/2016 Théâtre Anne de Bretagne, Vannes (56)
26-27-28-29/4/2016 Le Volcan, Scène nationale du Havre (76)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.