Accueil > Forbidden di sporgersi de Pierre Meunier

Critiques / Théâtre

Forbidden di sporgersi de Pierre Meunier

par Jean Chollet

Saisissante plongée intérieure

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis ses premiers spectacles, on connaît la vocation de Pierre Meunier pour un théâtre défiant les lois de la physique et de la matière, points de départ d’une réflexion philosophique et scientifique sur la condition de l’homme. De manière tonique et souvent ludique, en associant plusieurs formes d’expressions. Pour cette nouvelle création, réalisée avec la complicité artistique de Marguerite Bordat, plasticienne et scénographe de talent, il s’est inspiré du texte Algorithme éponyme, écrit sous le pseudonyme de Babouillec, par Hélène Nicolas, trentenaire, “autiste sans parole”, ayant appris à écrire à l’aide de lettres en carton. Elle définit son ouvrage comme un “Ogresque pamphlet invitant nos neurones à jouer ensemble dans l’improbable poésie d’un monde éclairé par la présence d’un Nyctalope.”, dont le titre, comme chacun sait, tend à obtenir la résolution de divers problèmes vitaux. Une écriture vibrante, ponctuée de fulgurances, de constats, d’interrogations, de fantômes, de poésie singulière et d’énigmes. Morceaux choisis : “ Nous devons dès la naissance apprendre à compter sur nos propres ressources pour marcher dans le système préétabli du développement de la personne sociale intégrée. Grand défilé à quatre pattes. Et tout le monde applaudit.” Ou, “ Etre ou ne pas être, la est la question. Dire merde à ceux qui croient savoir, là est la réponse.” ; “ Nous survivons par l’instinct de survie, seul l’acte d’aimer nous sépare du vide. Acte dans l’absolu, ” et encore “La tête comme un ressort sans verrou oscillant vers les quatre points cardinaux. Bling Blang. Tout s’agite.”. Pour espérer voir enfin “le bout du tunnel.”.

Etonnant climat visuel et sonore révélateur.

En abordant cette écriture, sous le titre emprunté à un avertissement sécuritaire, affiché dans les chemins de fer européens ( Interdiction de se pencher), plusieurs fois repris dans le texte de Babouillec, Pierre Meunier a inscrit ses cheminements de la pensée et de l’imaginaire dans un univers scénique dont les constructions et déconstructions s’apparentent aux fonctionnements mécaniques d’une boîte cérébrale. Elle s’élabore à vue, à l’aide de panneaux en plexiglass de tailles différentes, d’un transformateur électrique, d’une batterie de ventilateurs sur roulettes et divers objets détournés, fruits d’un bricolage inspiré signifiant. Comme l’assemblage de tubes métalliques suspendus ou cette longue pièce de foreuse menaçant le cerveau. Ces éléments sont tour à tour, manipulés et ordonnancés par les interprètes, Freddy Kunze et Pierre Meunier comédiens, Satchie Noro danseuse et acrobate, accompagnés aux guitares électriques par Jean-François Pauvros, avec les contributions sonores organiques de Alain Mahé, sous les variations de lumières de Bruno Goubert. Dans cette forme de fabrication collective, qui s’apparente à une vision nocturne (nyctalope bien sûr) des désordres intérieurs, et s’achève sur un jeu de lettres évocateur assimilable aux sculptures animées de Jean Tinguely auquel Pierre Meunier fait référence, la pensée de Hélène Nicolas s’inscrit de manière prégnante et sensible comme un appel à rester éveillé dans un monde formaté.

"Algorithme éponyme" est publié aux éditions Christophe Chomant - Rouen (12,50 €)

Forbidden di sporgersi, projet théâtral de Pierre Meunier et Marguerite Bordat, à partir du texte “Algorithme éponyme” de Babouillec, avec Freddy Kunze, Satchie Noro, Pierre Meunier, et Jean-François Pauvros aux guitares électriques. Composition sonore Alain Mahé, lumière Bruno Goubert. Durée 1 heure 30.

En tournée, Festival de Neuchâtel (Suisse) les 2 et 3 novembre, Loos-en-Gohelle les 18 et 19 novembre 2015, à suivre …

photo© Christophe Raynaud de Lage

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.