Accueil > Festivals 2015

Actualités / Festival / Opéra & Classique

Festivals 2015

par Olivier Olgan

Quinze raisons d’espérer

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Si l’offre festivalière apparait suffisamment touchée selon une récente ‘cartocrise’ et sa cohorte évènements annulés et d’institutions fermées pour pousser la ministre de la culture à lancer un ‘diagnostic’ confié à Pierre Cohen, la vitalité intacte -voir même conquérante- de nombreux festivals de musique classique constitue une vraie raison d’espérer.

Subissant depuis longtemps la baisse des ressources publiques, les accusations stériles d’un « élitisme bourgeois » et d’un public soit disant « vieillissant », ils ont dans leur dynamique la nécessité de se transformer, d’hybrider les genres et les musiques, et de travailler l’oreille de leurs publics. La preuve en 15 festivals.

Les Flâneries musicales de Reims

Le plus populaire. Pari tenu par le pianiste Jean-Philippe Collard qui a repris la direction artistique d’un festival dont il a gardé les fondamentaux : la fête dans la ville, en investissant pendant un mois plus d’une trentaine de lieux, l’attractivité des tarifs (avec une gratuité fréquente ou un maximum de 20€) et des concerts « Petits Flâneurs » dédiés au jeune public pour séduire les familles. En comptant sur une programmation éclectique centrée cette année sur la musique française : de Guillaume de Machaut à Ravel sans oublier le jazz avec le trio Subterfuges de Baptiste Trotignon et le Richard Galliano Sextet … et les chansons de Gilbert Bécaud ! De prestigieux chefs et ensembles : Hervé Niquet et le Brussels Philharmonie, Jean-Claude Malgoire et son Écurie du Roy, Jean-Claude Casadesus et le National de Lille … participent à la fête.
Notre coup de cœur : la série « Début » qui donne carte blanche à de jeunes artistes : comme le Quatuor Alfama, le Trio Karénine, Aurélien Pascal (violoncelle), Vadym Kholodenko, Benjamin-Joseph Steens (piano), Thibault Cauvin (guitare). Retenez ces noms ils feront parler d’eux.
Jusqu’ au 18 juillet 2015 - www.flaneriesreims.com

Festival d’Aix en Provence
Le plus doté. Si le Festival d’Aix n’est menacé ni de près (par les aides publiques) ni de loin (dans son rayonnement, il est l’institution qui rivalise le mieux avec Glyndebourne, Salzbourg et Bayreuth), il a su sous la houlette de Bernard Foccroule se mettre à l’écoute des défis et des peurs de son temps. Aussi aucun des choix artistiques comme L’enlèvement au Sérail confié au metteur en scène Martin Kusej, Alcina vue par Katie Mitchell ou Iolanta par Peter Sellars… ne sont anodins comme la reprise de grandes réussites (Le songe d’une nuit d’été, Carsen, 1991) tant qu’ils peuvent rendre compte voir anticipé des évolutions de notre monde. Sa démarche engagée ne compte pas seulement sur l’excellence des plateaux réunis (chef, metteur en scènes et chanteurs associés), mais de ce que la musique dit de nous aujourd’hui. C’est à la fois risqué et une façon de projeter l’opéra dans le XXIème siècle. D’autant que la dynamique s’accompagne de lourds investissements dans la transmission via notamment une Académie.
Notre coup de cœur : Simon Rattle, dirige ’Le monstre du Labyrinthe’, opéra monumental et projet pédagogique réunissant plus 300 choristes amateurs de la région PACA, le LSO et l’orchestre des jeunes de la méditerranée, les 8 et 9 juillet
Du 2 au 21 juillet - http://www.festival-aix.com

Festival international d’opéra baroque & romantique de Beaune

Le plus fidèle. Même si la Missa Solemnis de Beethoven dirigée par Jean-Christophe Spinozi fait son entrée dans la Cathédral Saint Sauveur, la programmation ne renonce pas à la recette qui fait de Beaune le creuset du mouvement baroque depuis près de 40 ans : des premières mondiales, confiées à de jeunes ensembles comme cet oratorio de Porpora, Il Trionfo della Divina Giustizia dirigé par Thibault Noally, à la tête de l’ensemble Les Accents, des fidèles qui reviennent dépoussiérer nos oreilles depuis trente ans comme les chefs René Jacobs, William Christie et Christophe Rousset, ou 20 ans comme Rinaldo Alessandrini. Et toujours la crème des compositeurs baroques : Purcell (King Arthur), Lully (Armide), Haendel (Jephtha)… Parmi les voix qu’Anne Blanchard sa directrice artistique nous fait savourer en récital : le contre-ténor français Damien Guillon ou la soprano Gaëlle Arquez.
Notre coup de cœur : Geoffroy Jourdain, à la tête de son choeur les Cris de Paris et de l’orchestre Les Siècles dirige Israël en Égypte d’Haendel, le 11 juillet.
du 3 au 26 juillet 2014 - www.festivalbeaune.com

Festival International de Colmar
Le plus franco russe. Après Jean Pierre Rampal, le 27éme festival de Colmar rend hommage à un autre musicien français, Maurice André, considéré comme le plus grand trompettiste du 20e siècle (le récent coffret publié par EMI de 13 cd en témoigne). Le répertoire qu’il a rendu populaire est interprété par ses anciens élèves parmi lesquels Bernard Soustrot, Guy Touvron et son fils, Nicolas André. Mais sous l’impulsion de son directeur artistique Vladimir Spivakov, le festival reste aussi l’occasion de retrouver de grandes formations orchestrales (le Philhar de Russie avec Spivakov, Orchestre de chambre de Bade Württemberg / Heilbronn…) et d’immenses solistes (Grigory Sokolov, les frères Capucon, Eric Lesage, Evgeny Stembolsky ou Aurélien Pascal) proposés dans une inhabituelle amplitude horaire entre 12h30 et 21h en passant par 17h ou 18h15.
Notre coup de cœur  : Marek Janowski dirige la Symphonie n°4 de Bruckner à la tête de l’Orchestre symphonique de la radio de Berlin le 5 juillet à 17h00
du 3 au 14 juillet 2015 - www.festival-colmar.com

Rencontres musicales d’Evian
Le plus renaissant. Renouant avec une longue tradition de saisons musicales de chambre (jadis Rostropovitch était à la manœuvre), le Quatuor Modigliani a repris le flambeau avec comme fil rouge pour cette seconde édition la Vienne du tournant du siècle. Il s’appuie sur deux atouts ; l’acoustique de la magnifique Grange au Lac, sublime salle de pin et de cèdre rouge, nichée au cœur d’un parc planté de mélèzes, leur réseau de complicités musicales : le quatuor Emerson, Maxim Vengerov & Itamar Golan, Gautier Capuçon & Frank Braley, Baiba Skride, Sol Gabetta & Bertrand Chamayou…) et l’appui d’ensembles reconnus comme le Mahler Chamber Orchestra.
Notre coup de cœur : Nicolas Chalvin dirige l’Orchestre des Pays de Savoie et Fazıl Say, le 11 juillet (Mozart Cto piano n°23).
du 4 au 11 juillet 2015 - http://www.rencontres-musicales-evian.fr/

Festival de la Vézère
Le plus verdoyant. Autour du château du Saillant de Voutezac, le festival offre pour ses 35 ans un somptueux parcours musical dans 9 lieux du patrimoine corrézien dont la nouvelle salle de concert à Tulle, grâce une programmation éclectique et dense. Il y a les fidèles : la troupe de Diva Opera pour deux tubes du répertoire Lucia du Lammermoor de Donizetti, Le Nozze di Figaro, et les solistes : Gilles Apap, Nicholas Angelich, Miroslav Kultyshev... du nouveau comme le Choeur de l’Oural, et d’Oxford Voices. Quelques innovations permettent de parier de nouveaux publics comme ce concert dessine sur le sable, et deux Cine concerts où le pianiste Paul Lay improvise sur le film muet de Buster Keaton "Sherlock Junior", et le Duo Jatekok sur West Side Story
Notre coup de cœur : ‘une heure avec’, série de concerts concoctés par le flutiste Philippe Bernold, avec les lauréats du Conservatoire de Paris
Du 9 juillet au 21 aout - www.festival-vezere.com

Festival de Saintes
Le plus à contrecourant. De midi à minuit, la musique prend ses quartiers à Saintes et ses aises à l’Abbaye aux Dames et à l’Église Saint Palais pour une trentaine de concerts et manifestations creusets de découvertes. Grâce à des cartes blanches généreuses qui respectent un public curieux, les artistes convoquent des compositeurs aux œuvres pas forcément familières : Borodine avec le clarinettiste Raphaël Sévère, Erik Satie et John Cage chez Alexeï Lubimov, Fux avec Vox Luminis, la merveilleuse Petite Messe de Rossini de l’ensemble Aedes, et pour finir les premiers Wagner et Strauss de Philippe Herreweghe, voir des créations comme le premier concerto de Maude Gratton, les transcriptions du violon ou du luth de Jean Rondeau ou la restitution musicale des fastes du mariage de Louis XIV par Sébastien Daucé, et son ensemble Correspondances. De jeunes ensembles (Cambini, Gli Angeli, La Main Harmonique, Faenza…) viennent se frotter pour la première fois à un public de connaisseurs.
Notre coup de cœur : Les visites théâtralisées, dont la promesse quotidienne précipite l’esprit du festival : « un chef d’orchestre égaré vous emmène en promenade pour vous raconter le mariage d’amour entre l’Abbaye aux Dames, la cité musicale et son Festival »
Du 10 au 18 juillet 2015 - http://www.abbayeauxdames.org/festival-de-saintes/

Festival Pablo Casals à Prades
Le plus ancien. Malgré ses 65 éditions, le festival est resté fidèle à l’esprit de son fondateur, le violoncelliste Pablo Casals : intransigeance sur la qualité, travail collectif axé sur la transmission entre générations et d’un répertoire de chambre moins connus, le tout unis par l’amitié et le partage dans un cadre magique : l’Abbaye Saint Michel de Cuxa, mais rayonnant vers les prieurés de Serrabonne et Marcevol, les grottes des Canalettes, le Musée d’Art moderne de Céret… Le thème ‘Notes croisées’ résume parfaitement la dynamique qui rassemble des solistes du monde entier heureux d’y retrouver chaque été cette ambiance studieuse d’Académie passionnée… à la découverte de nouveaux partenaires et répertoires, nourris de cette sensation de jouer entre amis et pour des amis, et de participer à une magnifique aventure commencée au milieu du siècle précédent. Sans oublier l’ouverture par des conférences de l’astrophysicien Hubert Reeves, ou du musicologue Harry Halbreich.
Notre coup de cœur : la réplique du concert inaugural de 1950 consacré à Bach, avec le violoniste Pierre Amoyal accompagné par le Sinfonietta Cracovia, le 26 juillet.
du 26 juillet au 13 août 2015

Festival international de piano de la Roque d’Anthéron
Le plus constant en 35 éditions. Tout changer pour que ne rien ne change, la formule di Lampedusa dans Le Guépard fonctionne parfaitement pour le plus grand festival de piano au monde concocté par l’alchimiste René Martin (à la tête aussi des Folles Journées de Nantes). Le cadre magnifique du Parc à la fois désuet et riche d’histoires (pianistiques) est désormais un tremplin pour des jeunes artistes en résidence, et des concerts dans la toute région. Les équilibres sont de plus en plus subtils entre les générations d’hier et de demain, monstres sacrés et jeunes pousses, les genres (le jazz en force cette année) et les formats, mais rallient plus d’une centaine d’artistes malgré le vent et les cigales.
Nos coups de cœur : Alexander Malofeyev 18h) et Arcadi Volodos (21h), le 20 juillet.
du 24 juillet au 21 août 2015 - www.festival-piano.com/

Festival Berlioz de la Côte Saint André

Le plus napoléonien : Chaque année, La Coté Saint André, ville natale de Berlioz propose de découvrir une facette de son grand homme. Avec la commémoration des 100 jours et de Waterloo, la fascination que Napoléon suscita chez Berlioz et la génération des romantiques constitue la dynamique de la cinquantaine de rendez-vous musicaux. La fameuse Route Napoléon croise ici librement celles plus imaginaires, héroïques ou sentimentales empruntées par les deux héros. En contrepoint la programmation dessine la carte européenne de leurs prodigieuses ambitions : de l’Italie (de Paganini) à la Corse (d’ A Filetta) et mobilise tout ce que la région compte de musiciens.
Notre coup de cœur : le Te Deum de Berlioz par près de 1 000 participants dont 600 petits chanteurs de l’Isère et de la région, au Grand Théâtre de Vienne, le 21 août.
du 20 au 30 août 2015 - www.festivalberlioz.com

Rencontres Musicales de Vézelay

Le plus vocal. Ces rencontres offrent un cadre médiéval somptueux aux amateurs de musiques chorales avec le magnétisme d’une colline millénaire et des voûtes de la basilique Sainte-Marie-Madeleine. Si le fondateur le chef de chœur d’Arsys Pierre Cao passe la main à Nicolas Bucher, l’esprit du lieu revendique d’être une médiation entre le passé et l’avenir, entre traditions et innovations, et d’assumer le croisement des musiques anciennes, contemporaines et actuelles interprétés avec ferveur par les grands chœurs de toute l’Europe : Les Eléments, Les Cris de Paris, A Filetta , Aedeset, le chœur de chambre de la Radio Lettone, …. et bien sur le chœur Arsys Bourgogne, qui reste en résidence. Sans oublier l’initiative quotidienne de l’ensemble Epsilon qui propose une plongée dans la Renaissance… à la carte !
Notre coup de cœur : Chœur à chœur avec l’ Ensemble Aedes et le Chœur de la Radio Lettone, le 22 aout.
15éme édition 20 au 23 aout 2015 - http://www.rencontresmusicalesdevezelay.com/

Festival de La Chaise-Dieu

Le plus héroïque. Si la montée vers la basilique de la Chaise-Dieu se mérite, la trentaine de concerts et presque autant d’événements gratuits, est largement disséminée dans le somptueux patrimoine architectural d’Auvergne : du Puy-en-Velay en passant par Brioude, Ambert et Chamalières-sur-Loire, une pléthore de têtes d’affiches portent une programmation construite autour de deux thématiques : les chefs d’œuvre des trois compositeurs nés en 1685 [Bach, Haendel, Scarlatti] et le feu romantique allumé par Beethoven et ses symphonies. Les plus grandes formations on répondu présents.
Notre coup de cœur  : La pianiste Anne Queffélec joue Bach, Haendel, Scarlatti le 23 aout.
du 21 au 31 aout 2015 - www.chaise-dieu.com/

Dans les Jardins de William Christie

Le plus champêtre : Pour la quatrième année consécutive, William Christie ouvre les portes de sa maison pour faire découvrir au grand public la musique baroque dans le cadre intime d’un jardin d’eau classé monument historique en 2006 ou de l’église du village de Thiré (dans le Sud Vendée). L’occasion de rencontrer au plus près les musiciens des Arts Florissants et les voix de l’Académie du Jardin des Voix pour des « promenades musicales » l’après-midi ou des concerts à la chandelle en soirées ou.
Notre coup de cœur : Un jardin à l’italienne, 7e édition du Jardin des Voix, les 28 août et 29 août 2015
du 22 au 29 août 2015 à Thiré - http://www.jardindewilliamchristie.fr/

Sinfonia en Périgord
Le plus filial. Au cœur de la Dordogne, la fidélité à une ligne éditoriale et la passion pour l’effervescence créative de la musique ancienne se transmet de père en fils. Depuis 2001, soit dix ans après sa création par Michel Théodoridès, son fils David poursuit une aventure qui privilégie de nouvelles formes d’expression, crée des passerelles musicales, générationnelles, culturelles, convaincu que la musique baroque est, encore aujourd’hui, cette interrogation du monde et produit l’effondrement des certitudes, qui oblige à inventer. Pour la 25ème édition, 10 ensembles internationaux (dont Stradiviaria, la Chapelle Rhénane, le Concert Spirituel,…) et 5 ensembles « jeunes talents » (dont Les Ambassadeurs, Le Duo à 7,…) à découvrir participent à la fête de plus de 20 concerts et rencontres.
Notre coup de cœur : Luminous Fog, John Dowland et Henry Purcell, ensemble Les Voyageurs, le 28 août 2015, Périgueux
.Du 24 au 30 aout 2015 - http://www.sinfonia-en-perigord.com/

Septembre Musical de l’Orne
Le plus daté. Fidèle à son principe d’investir l’espace de cinq week-end les hauts lieux du patrimoine de l’orne, la 33éme édition du festival commémore plusieurs anniversaires autour du chiffre 15, qui pour certains constituent le tournant de chaque siècle : 1515, le Sacre de François Ier qui, le premier, introduisit les violons à la Chambre du roi avec l’ensemble Doulce Mémoire ; 1715, la mort du roi Soleil et la naissance du Haras du Pin avec le Concert Spirituel mené par Hervé Niquet ; et 1915, le génocide du peuple arménien auquel Jean-Marc Phillips-Varjabédian rendra hommage en trio…
Notre coup de cœur : Sequenza 9.3 et Henri Demarquette, à l’Eglise du Sap le 03 octobre à 16h30
du 4 septembre au 4 octobre 2015 - http://www.septembre-musical.com/

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.