Accueil > Festival Le Standard Idéal, MC 93 - Bobigny

Actualités / Festival / Théâtre

Festival Le Standard Idéal, MC 93 - Bobigny

par Jean Chollet

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Neuvième édition pour ce festival international largement ouvert aux créations innovantes du spectacle vivant d’aujourd’hui. Parmi les artistes présents par le passé dans cette manifestation, aux côtés de Frank Castorf et Christoph Marthaler, de nombreux artistes ont fait l’objet en leur temps de découvertes, tels Árpád Schilling, René Pollesch, Daniel Veronese ou encore David Bösch. A l’occasion de cette nouvelle programmation son directeur Patrick Sommier rappelle les orientations qui ont déterminé l’engagement de ce rendez-vous annuel. “ Un festival doit faire avancer le théâtre. Pas le contraire. Ne pas le figer dans un star system forcément factice et clinquant qui pousse à la consommation et au conservatisme. Un festival est là pour changer nos regards, nos opinions, accepter ce que nous ne connaissons pas encore. ”.

C’est dans ce sens qu’est orientée une nouvelle fois cette édition qui se déroulera du 27 janvier au 13 février 2012 à la Maison de la Culture de Bobigny. A l’affiche et en ouverture, théâtre musical avec une nouvelle création du jeune metteur en scène et musicien hongrois David Marton, révélé l’an dernier avec son adaptation du roman de son compatriote Péter Esterházy, Harmonia Caelestis. Il s’inspire cette fois d’un autre auteur hongrois Lazlo Krasznahorkai, avec La Mélancolie de la résistance (Gallimard) qui associé à la musique de Jean-Sébastien Bach sous le titre Clavier bien tempéré, associe avec éclectisme différentes styles et expressions musicale et théâtrales. (27-30 janvier et 9-13 février)

Auteur d’une version décapante de L’Opéra de quat’sous en 2003, le metteur en scène catalan Calixo Bielto, accueilli depuis plusieurs années sur les grandes scènes européennes, présente Desaparecer (Disparaitre) créé à partir de poèmes et histoires (Le Corbeau, Le Chat noir … traduits par Julio Cortázar ) de Edgar Allan Poe. Avec Juan Echanove, acteur à la brillante carrière dans le cinéma espagnol, et la chanteuse rock et compositrice majorquine aux sonorités étonnantes Maika Makovsky, réunis pour une traversée brumeuse et poétique entre rêve et cauchemar. (28-30 janvier)

Desaparecer de Calixto Bieto

Une performance, avec Israël, écrite et mise en scène par le Portugais Pedro Zegre Penim, dont il est l’interprète avec Catarina Campino. Une déclaration d’amour faite après la découverte d’un pays, qui échappe au documentaire et à l’analyse politique, mais découle d’une relation personnelle où se côtoient avec humour réalités, contradictions et fictions, sous la surveillance … d’un éléphant gonflable (3-5 février)

L’inventive troupe du Teatro Praga de Lisbonne, associe théâtre, opéra et musique baroque dans un spectacle détonnant et joyeux qui s’inspire du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare accompagné des musiques composées par Henry Purcell pour The Fairy Queen (4-6 février)

En clôture, l’auteur et metteur en scène hongrois, Peter Kárpáti, présente avec son collectif, Les Actes de Pitbull, un retour dans le quotidien de Budapest avant la chute du régime communiste avec notamment les grands comédiens Zsolt Nagy et Angéla Stéphanovics. (9-12 février)

Renseignements / Réservations : www.mc93.com ou 01 41 60 72 72

photo 1 : Le Songe d’une nuit d’été / The Fairy Queen . Teatro Praga

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.