Accueil > Etats généraux du Festival Off d’Avignon

Actualités /

Etats généraux du Festival Off d’Avignon

par Gilles Dumont

Les vraies questions en débat pour la refondation du Off

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour la première fois de son histoire, le Festival Off d’Avignon a souhaité réunir l’ensemble des acteurs impliqués directement ou indirectement dans son existence dans le cadre d’États généraux qui se sont déroulés lundi 3 décembre en Avignon. Avignon Festival & Compagnies (AF&C), la nouvelle association présidée par André Benedetto et en charge de l’organisation du festival, était à l’initiative de cette journée.

Après plusieurs années conflictuelles et quarante ans d’évolution et de croissance, le Off avait donc décidé de prendre le temps de se pencher sur son histoire et de s’interroger sur “les enjeux et les perspectives de cette manifestation si particulière dans le paysage théâtral de la nation”.

Une manifestation particulière, unique, mais qui, en même temps, est une “loupe”, un “miroir grossissant” de la situation du spectacle vivant en France comme l’ont souligné de nombreux intervenants. Ainsi, ces États Généraux étaient organisés autour de trois thèmes : Le Off, réalités et perspectives, Développement et renouvellement des publics du Off, Le Off et la diffusion des spectacles. En fait, il suffirait de remplacer le mot “Off” par “théâtre” et nous aurions les trois questions qui pourraient s’inscrire dans les débats d’un “Grenelle du spectacle vivant” puisque le mot est à la mode.

Les participants

Une assistance nombreuse avait répondu à l’invitation avec notamment des représentants des collectivités locales, des compagnies, des théâtres, de la presse, et des lieux de diffusion, Les premiers discours introductifs des élus ont été très bien accueillis dans la mesure où ils annonçaient leur volonté de soutenir concrètement le Off. Le Conseil Régional, estimant que les conditions étaient aujourd’hui réunies, s’engageait à “soutenir financièrement le festival et à mener une réflexion sur une convention de partenariat pour l’avenir et la pérennisation du festival”.

La réunion plénière de la matinée a permis de poser les grandes lignes de réflexion avant que les travaux se poursuivent l’après-midi en trois ateliers.

Greg Germain, "le maître de cérémonie"

Gérard Gélas, a abordé dès l’ouverture le thème des relations entre le Off et le In. Comment peuvent-ils se compléter et non pas s’opposer ? Hortense Archambault, présente également, ne l’a pas démenti. Elle aussi s’intéresse à la complémentarité des deux événements. Elle précise cependant que le Off doit auparavant, en substance, poursuivre sa réflexion sur son identité, ses missions, ses objectifs.

Les thèmes et les questions se sont vite multipliés : augmentation du nombre de spectacles, conditions d’accueil dans les théâtres, labellisation des lieux et sélection des spectacles, place des amateurs, augmentation globales des prix, vieillissement, développement et renouvellement des publics, formatage des spectacles, venue et rencontre des programmateurs, diminution des subventions, présence et place du spectacle dans la presse. Il est apparu évident que toutes ces questions étaient interdépendantes et qu’il n’y aurait pas de réponse simple, apportée de façon unilatérale par le festival Avignon pour résoudre des difficultés nationales comme par exemple la situation des compagnies indépendantes, la crise de la presse, la baisse des subventions ou encore le renouvellement des publics.

"Le Off, réalités et perspectives" avec Gérard Gélas, Louise Doutreligne, Jean-Jacques Barrey (modérateur), Pierre Béziers, Michel Chirinian

Cependant, nous avons vu l’après-midi apparaître des propositions nouvelles et originales dans les trois commissions particulièrement studieuses. Nous devons saluer la qualité des interventions des participants qui alimentaient la réflexion avec un sens évident de leur responsabilité,

Comme l’a souligné André Benedetto, il était très important de poser pour la première fois publiquement certaines questions. D’ailleurs cela a sans doute immédiatement contribué à la qualité de l’ambiance et à la recherche de solutions et de propositions innovantes et pratiques. C’est ce que nous avons pu contaster en fin d’après-midi au moment de la synthèse des ateliers en plénière, une fois tous de nouveau réunis.

L’atelier Réalités et perspectives a notamment considéré que le développement du Off étaient une façon de préserver sa représentativité. En même temps il a été demandé la mise en chantier d’une charte d’accueil des compagnies et du public. Il était également proposé de valoriser les spectacles amateurs tout en renforçant leur identification par rapport aux spectacles professionnels.

"Développement et renouvellement des publics du Off" avec Yves Nilly, Christophe Galent (modérateur), Armelle Héliot, Florian Salazar-Martin, Nicolas Roméas, Gilles Costaz, Olivier Neveu

L’atelier Développement et renouvellement des publics a insisté sur la diversité des publics et la nécessité de multiplier les formes d’accès et de découverte, de mettre en place une politique en direction des groupements de spectateurs avec par exemple la mise en place de “parcours”. Des “actes créateurs forts” sont aussi appelés afin de rompre avec un certain formatage.

Le troisième atelier consacré à la diffusion des spectacles a proposé de travailler très en amont avec les structures de diffusion en prévoyant, dès la production, la participation au festival. Il a été également envisagé que, dans le courant de l’année, il y ait des présentations de “spectacles en chantier” sur 3 ou 4 jours dans une quinzaine de théâtres. Il est aussi demandé la création d’un village professionnel pendant le festival, lieu de rencontres et de débats, et de la création d’un “pôle de ressources” notamment pour les jeunes compagnies.

"Le Off et la diffusion de spectacles, avec Jean-Louis Dumont, Christophe Galent, Nicolas Roméas, Jacques Montaignac, Stéphane Roux

Il est évident que beaucoup de choses restent encore à faire dans un environnement difficile. Mais ces États généraux marquent assurément une étape dans l’histoire du Off. Une dynamique s’est mise en mouvement qui semble vouloir permettre au Festival Off d’Avignon d’être de nouveau un laboratoire, un lieu d’invention et d’expérimentation et pour lequel Avignon Festival & Compagnies jouerait à la fois un rôle d’intitiateur et d’interface entre les différents acteurs.

www.avignonfestivaletcompagnies.com

Légende photo 1 : L’équipe d’AF&C (de gauche à droite : André Benedetto, Marie-Pierre Bousquet, Didier Chalaux, Isabelle Decroix, Fred Muhl, Stéphane Roux, Pierre Lambert, Greg Germain, Danielle Vantaggioli, Gérard Gélas, Patrcik Journaut, Bernard Le Corff, Raymond Yana.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.