Accueil > Délire à deux D’Eugène Ionesco

Critiques / Festival

Délire à deux D’Eugène Ionesco

par Jean Grapin

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La guerre fait rage au sein du couple alors qu’à l’extérieur la guerre (la vraie) sévit violemment. Paradoxalement protégés par leur inconscience, les deux époux sont désarçonnés par l’apparition de la paix .
Portée par Danièle Lebrun et par Bernard Malaka, la pièce de Ionesco « Délire à deux » trouve son point d’équilibre, entre tragicomédie et drame individuel.
La forme stylisée de théâtre bourgeois choisie par le metteur en scène met en valeur les personnages ( leurs fragilités, leurs forces), et trouve l’équilibre d’une comédie grave, entre absurde et dérisoire.
La pièce de Ionesco communique ainsi une intimité avec laquelle joue délicieusement Danièle Lebrun fidèle à elle-même. Coquette, méchante, elle minaude, a peur. Elle est servie par Bernard Malaka en parfait faire valoir qui n’abdique pas sa personnalité.

Délire à deux
D’Eugène Ionesco
Mise en scène Christophe Lidon, avec Danièle Lebrun et Bernard Malaka
Le chien qui fume à 19H10

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.