Accueil > Catherine et Christian (fin de partie)

Critiques / Théâtre

Catherine et Christian (fin de partie)

par Jean Chollet

La vie après deux enterrements

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Avec ce spectacle, le Collectif In Vitro, animé par Julie Deliquet, ajoute un nouveau volet au cycle amorcé avec Derniers remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce (2009), La Noce de Bertolt Brecht (2011) et Nous sommes seuls maintenant (2013) création collective, constituant le triptyque d’une saga familiale consacrée à la génération née après la Seconde Guerre mondiale. Ce nouvel opus ouvre un prolongement avec leurs descendants.

La représentation est introduite par une vidéo dans laquelle, évoquant leurs futures disparitions, Catherine (Ekerlé) et Christian (Drillaud) livrent, non sans humour, les réflexions et souhaits qu’elles leurs inspirent. Elle se situe dans un restaurant provincial. Lieu impersonnel, où se croisent ou se retrouvent à la suite de leurs enterrements respectifs, enfants, et leurs conjoints, amis connus ou inconnus. A travers leurs relations et leurs échanges, ceux-ci abordent la notion traditionnelle de l’héritage et de la transmission, qui forge un refus de dépendre davantage de la génération qui les précède, avec le désir de tourner la page pour affirmer leur propre identité et construire leurs vies.

Entre réalité et fiction

Dans un espace ouvert, sobrement meublé de tables et de chaises évoquant le cadre défini de localisation, en offrant une proximité relationnelle bénéfique avec le public, quatre histoires se succèdent ou s’entrecroisent autour des personnages. Elles laissent apparaître pour chacun, au delà du deuil ressenti de manières différentes, les joies, blessures et contradictions intérieures, les interférences sociales et culturelles, les déceptions, ou encore les jalousies et rancœurs, rencontrées de l’enfance à l’âge adulte. Le plus souvent dans un climat de tension palpable, qui n’empêche pas les sentiments, libérés de tout pathos et de poncifs idéologiques ou psychanalytiques, mais en frôlant le mythe œdipien dans une relation atemporelle. En laissant flotter bien des interrogations, pour aborder l’avenir. Avec cette nouvelle création, issue d’un long travail d’improvisation, In Vitro prouve que la notion de collectif n’est pas un vain mot. Il se traduit dans la mise en scène de Julie Deliquet, avec l’interprétation, dans différents rôles, des onze comédiens, dont la vitalité dynamique, la spontanéité et le réalisme pudique coloré d’humour, ouvrent l’appétit pour ce repas funéraire.

Catherine et Christian (fin de partie), création collective par le Collectif In Vitro, mise en scène Julie Deliquet, avec Julie André, Gwendal Anglade, Eric Charon, Olivier Faliez, Pascale Fournier, Magaly Godenaire, Julie Jacovella, Jean – Christophe Laurier, Agnès Ramy, Richard Sandra, David Seigneur, avec la complicité de Catherine Eckerlé et Christian Drillaud. Scénographie, Julie Deliquet et Charlotte Morel, lumière, Jean Pierre Michel et Laura Suueur, musique Mathieu Boccaren. Durée : 1 heures

Théâtre Gérard Philipe Saint-Denis dans le cadre du Festival d’Automne, jusqu’au 16 octobre 2015. Tel : 01 48 13 70 00.

En tournée:Théâtre Romain Rolland Villejuif du 3 au 7 novembre, La Ferme du Buisson, les 21 et 22 novembre, Théâtre Paul Eluard Choisy le Roi le 27 novembre 2015. Puis tournée en France de décembre à mars 2016.
Photo : Sabine Bouffelle

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.