Accueil > BP ZOOM

Critiques / Théâtre

BP ZOOM

par Jean Chollet

Entre-temps

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ne vous fiez pas à ces initiales identitaires, elles n’ont aucune relation avec les pompes d’un distributeur de carburant du Royaume – uni. Le “B” identifie Bernie Collins, le “P” Philippe Martz, deux compères réunis au sein d’une compagnie fondée en 1992, pour former un duo associant différentes formes d’expressions scéniques. En créant de nombreux personnages décalés ou incongrus dans un univers joyeusement disjoncté, où le burlesque croise l’absurde comme pour tendre un miroir à peine déformant à la société qui nous entoure. Ils revendiquent des filiations de référence aux stars du cinéma muet, tels Buster Keaton et Mack Sennett, ou à Jaques Tati et aux britanniques des Monthy Pythons, mais aussi aux duettistes belges Dominique Abel et Fiona Gordon, ou encore au musicien américain Alek Poliivka. Leurs spectacles associent l’art clownesque, le théâtre, le mime, le cirque, la musique et les chansons.

Leur nouvelle création s’inscrit dans cette continuité, autour d’un récit épique pour le moins abracadabrantesque qui réunit sous le titre La Ronde des Hallebardiers deux chevaliers, issus d’une croisade pour le moins singulière, avec leurs tuniques, leurs heaumes et hampes bricolés, chevauchant des montures imaginaires, en confrontant les maladresses de l’un à la pseudo autorité de l’autre, croisant leurs jeux d’objets usuels détournés, d’effets sonores, de projections d’images oniriques ou de transformations en anges auréolés. Ils trouvent aussi une curieuse relation temporelle avec une horloge suspendue directement issue du célèbre film de Harold Llyod Safety last (Monte là –dessus) réalisé en 1923. Mais, pour profiter au mieux des situations et des actions qui en résultent, il est conseillé de laisser sa logique au vestiaire pour de se laisser porter par le joyeux délire qui envahit le plateau, sans états d’âme. Cette courte représentation est complétée par deux séquences musicales. L’une rythmée par des cuillères utilisées comme instruments de percussion, l’autre dans une voiture sous la pluie, dont les essuies glaces capricieux font office de métronomes. Une manière ludique de clôturer ce spectacle, bien sûr ouvert à tous publics, et plus particulièrement aux grands enfants qui sommeillent dans chacun de nous.

B P ZOOM – Entre – temps de Philippe Martz et Bernie Collins, Régie François Poppe, César, Nicolas Lemoine. Durée : 45 minutes.

Théâtre Paris – Villette jusqu’au 2 janvier 2016.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.