Accueil > Planète à vendre

Critiques / Théâtre

Planète à vendre

par Marie-Laure Atinault

Théâtre Adyar - Paris 7ème

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dieu n’est pas content. Il est lassé d’écouter les doléances des terriens. Ces ingrats lui mettent tout sur le dos, tous leurs malheurs, toutes leurs guerres, alors qu’ils sont les artisans de leur propre destruction.

Et si Dieu se désintéressait des hommes

A une réunion céleste, Dieu qui est un peu bougon, prête une oreille attentive à Lucifer. Toujours séducteur, “l’ange déchu” tente une O.P.A sur la Terre. Jeanne D’Arc veille, elle méfie de ce grand coquin aux yeux de braise. Peu rancunière, elle veut sauver les hommes. Elle bat le rappel de ses copains : Siddartha (Boudha jeune), Lao Tseu, l’ange secrétaire divine.

Lucifer n’a qu’à bien se tenir, celle qui a bouté hors de France les anglais pourrait bien bouter hors du Paradis Lucifer. Les anges y laisseront peut-être des plumes mais la bataille va être rude !

Un conte de fée des planches

Jacques Lafarge est un jeune auteur de plus de cinquante ans. Il a la vocation de l’écriture chevillée au corps. En rencontrant Catherine Chevallier, il a trouvé son bon ange ou sa bonne fée pour donner corps à sa pièce. L’histoire est plaisante et sujette à réflexion. La pièce peut se voir pour ce qu’elle est : une aimable comédie donnant bonne matière à la méditation. Dans l’écriture de Jacques Lafarge il y a un joli dosage d’humour et de philosophie.

Catherine Chevallier a réuni autour d’elle une solide équipe, les costumes pleins de poésie de Claire Schwartz, le décor d’Amélie Tribaut qui fait fi des inconvénients du Théâtre Adyar. Catherine Chevallier qui est une délicieuse comédienne, porte là la casquette de metteur en scène avec élégance. Elle a choisi une belle distribution ! Dieu est Alain Lahaye, guindé et séduisant : on aimerait bien lui faire plaisir. Lucifer n’est pas gentil (quoi de plus naturel !) mais il est tellement séduisant ce bad boy céleste ; Laurent Meunier est diaboliquement bon. Jean-Pierre Tiercelin, comédien à l’oeil malicieux, voix brune est un Lao Tseu un peu chinois et Yasser a une foi à abattre les montagnes. Ces messieurs ont bien de la chance car ils sont entourés par deux trios angéliques. Jeanne D’Arc, la guerrière, la Sainte qui veut nous sauver a les traits de la belle Herrade Van Meir. Elle compose une Jeanne D’Arc frondeuse, meneuse de prophère. Pour elle, les trompettes de la renommée vont retentir. Cécile Thiercelin est un ange secrétaire : délicieuse, piquante, froufroutante. Morgane Lombard, la terrienne qui débarque dans cette société de nuage, de duvet, de plume, amène toute la complexité de la vie terrienne : décidée, volontaire, desespérée, elle débarque au ciel pour affirmer le plus beau des amours.
`

La pièce est ponctuée par des intermèdes musicaux chantés par « les 3 cigales », elles sont jeunes, jolies et qui chantent très bien. Ces trois anges célestes musiciennes ne laissent aucun doute sur le sexe des anges, de plus la musique de Dominique Probst est divine. Catherine Chevallier signe là une mise en scène céleste, on pense beaucoup au Paradis dessiné par Jean Eiffel, un peu naïf, un peu enfant. Le spectacle est joli, léger comme un oreiller de plume, on rit beaucoup sur le coup et le lendemain, la musique des « 3 Cigales » nous entête, on réfléchit, sourires aux lèvres, à cette
“divine comédie” qui nous fait du bien.

Planète à vendre, comédie de Jacques Lafarge, mise en scène de Catherine Chevallier, Musique de Dominique Probst, avec Alain Lahaye, Badr Boukikaz, Laurent Meunier, Morgane Lombard, Cécile et Jean-Pierre Thiercelin,et Herrade Von Meir,au Théâtre Adyar,4 square Rapp - 75007 Paris, location Tél. 0892 68 36 22, Renseignements 01 46 45 50 90, du lundi au mercredi à 20 H jusqu’au 29 novembre.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.