Accueil > Le Cabaret des Hommes perdus

Critiques / Théâtre

Le Cabaret des Hommes perdus

par Marie-Laure Atinault

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un cabaret dans une petite rue où les femmes ne sont pas nées en tenue d’Eve et où les hommes aiment les hommes. Il n’y a pas de clients. Le barman décide de fermer et il se tourne vers nous, le public. Gentiment, il nous prévient en chanson : « Rentrez ches vous, le spectacle est mauvais ! » . Mais telle une bernique attachée sur son fauteuil-rocher, nous restons.

Le propos est simple, terriblement culotté. La vie et la mort de Dickie Teyer, un jeune homme devenu gay malgré lui et star du porno. Dickie s’est réfugié au Cabaret des hommes perdus, il y rencontre son destin. Le cabaret est un lieu intemporel, une plaque tournante où l’espace, les lieux, les années, les personnages sont mêlés pour montrer son avenir, à Dickie. Le meneur de jeu, qui n’est autre que le destin balance entre le rôle de gardien et de diable tentateur.

Le titre est beau comme une chanson de Mac Orlan, Jean-luc Revol l’a lancé comme un défi à l’auteur dramatique Christian Siméon. Il a défini sa commande : une comédie musicale, une partition de Patrick Laviosa et une distribution de rêve. A travers l’histoire pitoyable et tragique de Dickie, on parle surtout de détresse humaine, de maladie de l’amour. Le monde gay est décrit sous différentes facettes mais sans folklore, ni caricature. Le spectacle est profondément généreux et ne s’adresse pas aux seuls initiés. Jean-Luc Révol, dans une mise en scène inventive et ludique a joué à fond la carte du cabaret, du kitch. Certaines scènes provoquent même des fous rires mémorables. Le Cabaret des Hommes perdus est une vraie comédie musicale dont la réussite est le couronnement de vrais artistes tous plus talentueux les uns que les autres. La musique de Patrick Laviosa nous reste longtemps en mémoire. Les quatre comédiens chanteurs connaissent le poids d’un bémol. Il est assez rare de voir tant de talent réuni pour une comédie musicale qui ose sortir des niaiseries habituelles.

Le Cabaret des Hommes perdus , comédie musicale de Christian Siméon, mise en scène de Jean-Luc Revol, musique de Patrick Laviosa, avec Denis d’Archangelo, Sinan Bertrand, Alexandre Bonstein, Jérôme Pradon, et au piano Patrick Laviosa, Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis le Grand, 75002 Paris, Tél. 01 42 61 44 16.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.