Accueil > La Tour de Pise

Critiques / Théâtre

La Tour de Pise

par Marie-Laure Atinault

Une étape indispensable dans le marathon avignonnais

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

En 2004 Avignon avait 107 Ans et 17 ans l’âge de Simon, le jeune anti-héros de Diastème. L’époustouflant Frédéric Andrau était le petit prince de ce festival 2004.
Autant vous dire que dans la jungle des 800 et quelques pièces en tout genre au programme du OFF, le spectateur accablé par ce choix pléthorique s’attache à des repaires, à des gages de qualité.
La Tour de Pise n’est pas un texte historique, ni un tour en Italie. C’est un voyage initiatique en jeune fille. Elle est là devant nous, frêle et butée, habillée en jeune fille bon chic bon genre, prête à monter sur un plongeoir.

Elle a peur de tomber.
Elle a peur d’être ridicule.
Elle a peur d’être aimée, d’aimer.
Peur de la vie, du désir.

Alors elle se jette à corps perdu dans le vide de l’avenir comme un matador qui brave le taureau, elle va s’offrir sans muleta, sans picador à un monde qui n’aime pas les timides.

Diastème a un talent très particulier, celui de la petite voix intérieure. Ceux qui ont vu La Nuit du thermomètre et 107 Ans savent comment il sait faire parler les adolescents, les jeunes gens, les jeunes adultes égarés dans un monde où les codes sociaux ne sont pas pour les faibles, les pudiques.
La jeune héroïne de La Tour de Pise se penche, se penche au risque de tomber, de se perdre. Diastème donne un langage juste et pudique à une jeune femme qui se perd en amour. Avec humour, avec une légère gravité, Jeanne Rosa interprète cette jeune fille pleine de contradiction en équilibre sur le fil du soliloque, prête à s’abandonner, à douter. Un peu gauche, très tendre, elle parle de l’amour, de la vie, et de cet homme qui fit irruption dans sa vie, dans son cœur, et puis l’édifice s’est mis à pencher. Jeanne Rosa est une belle comédienne, toute en retenue, en émotion simple et vive, si attachante que l’on a envie de la prendre dans nos bras comme un garde fou afin que le vide ne l’aspire pas.

Une étape indispensable dans le marathon avignonnais.

La Tour de Pise, pièce écrite et mise en scène par Diastème, avec la comédienne Jeanne Rosa, Théâtre La Luna, 1 rue Séverine, 84000 Avignon, Tél. 04 90 86 96 28. A 19 heures.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.