Accueil > De Paris en Provence

Critiques / Théâtre

De Paris en Provence

par Marie-Laure Atinault

D’après "Impressions de Voyages" d’Alexandre Dumas

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un voyage savoureux avec Alexandre Dumas

Tout le monde connaît Alexandre Dumas, souvent sans l’avoir jamais lu. Ses personnages font parties de notre patrimoine, mélange savoureux d’enfance télévisuelle et de rêve épique. « Les trois Mousquetaires », « La Dame de Montsoreau », et ses autres romans sont peuplés de personnages courageux, batailleurs et ripailleurs.

Un géant, un ogre de la vie

Alexandre Dumas, ce géant de la littérature romanesque était le digne descendant de Gargantua. Tout est démeusuré chez lui, son oeuvre, son appétit, sa vie. En 1831, Alexandre a 27 ans, il croque à pleines dents son succés remporté avec Henri III et sa cour. Cette année là, il publie Anthony. Il décide de faire un voyage qui le mènera de Paris à Nice. Il prend son temps. Les étapes sont guidées par les bonnes tables et les curiosités locales. Il livre dans ses « Impressions de voyage », toutes ses observations et remarques en faisant à nos yeux un précieux témoignage sur la France de la première moitié du XIXème siècle.

D’artagnan prend le train

A Lyon, Dumas s’arrête et prend le temps de découverte en découverte. Il prend le train entre Lyon et Saint-Etienne. A l’époque, le train, ce “cheval de fer” est un nouveau moyen de transport qui fait peur, et qui changera les donnes économiques. Lyon est la capitale de la soie. Les canuts se récoltent. Tout va mal dans ce secteur. Avec le sérieux d’un journaliste économique il nous parle de la concurrence déloyale des américains. Ces habitants du Nouveau-Monde sont sans vergogne. Autrefois, ils passaient commandes des fameuses soies lyonnaises, mais depuis quelques temps, ils ne commandent plus que des échantillons qu’ils envoient en Chine où une main-d’oeuvre laborieuse et bon marché va réaliser des copies moins onéreuses. Eh oui déjà !

Le Grand Dictionnaire de Cuisine

Dans tous ses romans, Dumas décrit des repas extraordinaires, certains de ses personnages ont des appétits gargantuesques comme Porthos. Alexandre Dumas a été élevé dans une auberge. Il aimait manger et il aimait cuisiner, il dira d’ailleurs : « je vois avec plaisir que ma réputation culinaire se répand et promet bientôt d’éffacer ma réputation littéraire ». Il consacrera ses dernières années à l’écriture de son Grand Dictionnaire de Cuisine. Rien d’étonnant donc de retrouver Alexandre Dumas à Vienne (près de Lyon) pour une halte gastronomique à l’Auberge de la Table Ronde pour un petit ... repas gastronomique !. Le Chef était peut-être l’arrière grand-père du fameux Point qui fit de« La Pyramide », l’un des plus grands restaurants du XXème siècle. Il reprend son voyage découvrant une France qui sera la toile de fond de sa fertile imagination.

D’un géant à l’autre

Benoît Allemane est une figure familière des scènes et des écrans. Sa haute stature, sa voix de stentor aux modulations de fréquence font de lui l’interprète idéal de ce voyage. Il a adapté le texte en incluant des poésies, des textes savoureux. Le spectacle s’annonce comme une lecture-spectacle. Au début le récitant lit le texte, mais très vite il s’échappe et joue les différentes étapes avec, selon la géographie des lieues, bonhommie, gourmandise, lecture professorale. Ce voyage picareste est très instructif. On sent l’évolution d’un pays qui s’industrialise au mépris des petites gens.

Le texte est là sur un lutrin, mais les lumières nous font partager l’émoi de Dumas lorsqu’il visite nuitement une cathédrale. Lorsque Benoît-Alexandre/Allemane-Dumas nous convient à sa table, la description du menu nous met l’eau à la bouche. La salle salive, levant le nez pour capter les fumets imaginaires des mets exquis qui sont décrits. Par la magie de notre conteur de voyages, nous sommes transportés en Chine pour la confection d’un pantalon qui nous apprend la justesse du vocabulaire. On suit des gendarmes qui sont de braves gens et Tartarin qui chasse le lapin comme un dragon.

Benoît Allemane est impressionnant. Il mène ce voyage à grand train, picaresque et gourmand, il nous fait découvrir un Alexandre Dumas qu’on a envie de dévorer.

De Paris en Provence, texte d’après "Impressions de Voyages" d’Alexandre Dumas, mise en scène Catherine Gondran, adaptation et interprétation de Benoît Allemagne, Théâtre de Nesle - 8 rue de Nesle - 75006 Paris, Tel. 01.46.34.61.04, les samedi et dimanche à 17H30, lundi à 19H.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.