Accueil > Nuit d’orage d’après l’album illustré de Michèle Lemieux

Critiques / Jeune Public / Théâtre

Nuit d’orage d’après l’album illustré de Michèle Lemieux

par Dominique Darzacq

Féerie en noir et blanc ( A partir de 7 ans)

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

En quittant le Parc de la Villette, pour s’installer avenue Gambetta, dans ce qui fut le TEP, le Tarmac, que dirige Valérie Baran, se devait de nouer ensemble sa propre aventure de scène internationale dédiée à la francophonie et celle qui a façonné l’image du TEP comme lieu attentif au vif de la création et de l’enfance. C’est donc avec Nuit d’orage , une création québécoise en direction du jeune public qu’il inaugure ses activités dans son nouveau domicile.

Un spectacle fascinant, né d’une fascination. Celle de Gervais Gaudreault, fondateur avec Suzanne Lebeau du Théâtre du Carousel, pour l’album illustré de sa compatriote Michèle Lemieux. Plasticienne et graphiste plus soucieuse, explique-t-elle « d’ouvrir l’imaginaire que de capter le regard ».

De page en page s’y racontent, dessinées d’une plume aussi fine que ludique, les mille et une questions qui, par une nuit d’orage, agitent la cervelle d’une petite fille : « Si on faisait un trou dans le ciel qu’est-ce qu’on y verrait ? », « Y-a-t-il parmi nous des personnes qui viennent d’une autre planète ? », « Si on pouvait changer de corps est-ce que quelqu’un choisirait le mien ? »

Parce que les interrogations, les rêves, les inquiétudes existentielles de cette curieuse petite fille sont d’une pâte incessamment travaillée par le Théâtre du Carousel, Gervais Gaudreault a eu envie de la prendre par la main, de « l’emmener au théâtre », de sortir les dessins enfermés dans les pages. Bref de déployer l’album en 3D pour en faire un féerique opéra d’images en noir et blanc avec pour partition une bande sonore mixée de tempête, de pépiements d’oiseaux, de froissements d’ailes et de feuillages, pimentée d’un matutinal cocorico

En scène, juste une petite fille ( Emilie Lévesque), qui pourrait bien s’appeler Alice. Il est l’heure de se coucher, un coup d’œil sous le lit et une bise sur le museau du chien Fido avant de dormir. Mais dehors le vent souffle et le sommeil ne vient pas. Les dessins projetés en transparence ou animés en direct, habitent ou découpent l’espace, façonnant un monde mouvant au gré d’un orage qui, à l’extérieur ébouriffe le sombre paysage, tandis que dans la tête de la petite fille se multiplient les phantasmes et les apparitions nés d’une imagination inquiète. Entre deux bourrasques voici un arrosoir sur échasse , un scaphandre en verre, ou encore un squelette plus facétieux qu’inquiétant. Autant de personnages insolites incarnés par le même comédien ( Ludger Côté).

A cette jointure mystérieuse où s’estompent les frontières du rêve et de la réalité, des craintes de l’assurance et les délices de l’effroi, le spectacle explore non sans humour les premiers remous de la conscience enfantine.
Malheureusement ce superbe spectacle qui allie si bien le fond et la forme reste peu de temps à l’affiche. Parents dépêchez-vous d’y emmener vos enfants.

Nuit d’orage d’après l’album illustré de Michèle Lemieux. Adaptation et mise en scène Gervais Gaudreault avec Emilie Lévesque et Ludger Côté. 50’. A partir de 7 ans

Le Tarmac 19h30 jusqu’au 23 décembre Tel : 01 43 64 80 80
Le 17 février Théâtre Jean Vilar de Vitry.

Photo François-Xavier Gaudrault

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

2 Messages

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.