Accueil > Le 6ème jour de François Cervantès et Catherine Germain

Critiques / Jeune Public / Rue & Cirque

Le 6ème jour de François Cervantès et Catherine Germain

par Corinne Denailles

Une figure attachante et poétique

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le clown Arletti a pris la place d’un conférencier qui devait nous entretenir de la Genèse. Le malentendu, l’inadaptation au milieu offrent au clown le décalage nécessaire pour modifier le point de vue. C’est ainsi qu’il découvre le monde avec des yeux du premier jour de sa création et nous ramène à l’enfance, à l’époque du stade du miroir, de la découverte de l’altérité, de la création du monde, en somme. Présentée par un clown, l’histoire de la Genèse devient métaphorique, drôle et poétique.

Catherine Germain, qui travaille avec François Cervantès depuis les années 1980, a créé ce personnage en 1988. Arletti a donc un certain âge et pas une ride. Accoutrée d’un imperméable trop grand et de grosses chaussures, elle porte un minuscule chapeau rouge sur le sommet du crâne et une perruque de tissu à pois blancs. Avec son maquillage de chat clown très graphique, elle joue joliment de variations d’expression féline très drôles et très humaines. Ni homme, ni femme, pourtant par instant féminine, pas tout à fait un adulte mais pas un enfant non plus, elle a une petite voix toute mignonne qui se mue soudain en une sorte de rugissement timide.


D’abord muette, elle explore physiquement cet espace inconnu qui l’effraie mais qu’elle affronte courageusement. Elle éprouve les objets, qu’elle déplace, examine avec un instinct enfantin, ou animal ; elle se heurte évidemment à ce qui la dépasse. Après s’être mesurée aux objets doués de vie, comme chacun sait, voilà qu’elle affronte les mots qui n’hésitent pas à faire de la résistance. Elle lit et commente cette belle histoire de la création du monde jusqu’au 5ème jour, sans parvenir au 6ème jour où l’on attend l’arrivée d’Adam et Eve. Et la voilà qui sort du cadre, se permet toutes les folies au prétexte qu’« on s’en fiche, on n’est pas encore créés ! ». S’en suit un numéro inattendu avec le public dans lequel Catherine Germain déploie fantaisie et humour. Son personnage est doué d’une forte personnalité et d’un tempérament complexe, ce qui en fait un personnage attachant et poétique, et une figure abstraite à la fois, un peu comme les personnages de contes. Elle enchante petits et grands qui renouent avec l’esprit d’enfance qui n’aurait jamais dû les quitter et s’exclament à l’unisson des enfants. La figure de clown, quand elle est réussie comme ici, nous ramène à l’essence des choses et du monde.

Le 6ème jour de François Cervantès et Catherine Germain, avec Catherine Germain. Au théâtre de la cité internationale jusqu’au 22 avril 2012. Mardi, jeudi, vendredi, samedi à 20h. mercredi et dimanche, 17h. relâche mardi 17 avril. Durée : 1h10. Tout public à partir de 10 ans.

http://www.theatredelacite.com

photos : Christophe Raynaud de Lage

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.