Accueil > Fabio Biondi retrouve Bajazet de Vivaldi

Critiques / Opéra & Classique

Fabio Biondi retrouve Bajazet de Vivaldi

par Olivier Olgan

L’énergique violoniste dans l’une de ses plus belles réussites

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Audace et vitalité sont les ressorts de ce violoniste de génie. Fabio Biondi s’est fait une spécialité des concertis et des opéras vivaldiens. Son ‘Bajazet’, enregistré en 2004 s’est imposé comme un véritable référence. Avec sa troupe d’Europa Galante et un plateau séduisant, il le redonne en version de concert salle Pleyel, avec une nouvelle distribution

Depuis que ce diable de violoniste a déboulé en 1989, en secouant Les Quatre Saisons de Vivaldi de leur sirupeuse gangue (sous le label Opus111), Fabio Biondi fait table ouverte avec un festin de sons et de rythmes, volubiles et virtuoses qu’il ne cesse d’enrichir d’enquêtes minutieuses dans les archives des bibliothèques musicales d’Europe. Avec un credo qui peut faire grincer les dents de quelques grincheux : « De manière générale, la musique italienne s’expose à être mal comprise si elle n’est pas servie avec inventivité. »

Un chevau-léger de ‘l’italianita’ baroque

Totalement imprégné des voluptés du XVII et XVIII siècle baroque, l’enfant de Palerme se livre avec ses complices de L’Europa Galante à de savoureuses joutes, de liberté, d’humour et de contrastes. Pour ce surdoué – à 12 ans, il donnait déjà ses premiers concerts - la musique baroque doit rester une quête de sensibilité. Sans fausse illusion historique, mais toujours nourrie de feu et d’érudition ! « Il n’y a pas de pureté de texte. Nous sommes tous des interprètes. La connaissance historique qui nous conduit à prendre des décisions d’interprétation passe au filtre de nos idées personnelles. On met à profit la musique pour dire des choses nouvelles. » Pour celui qui a su opérer (avec quelques compères, dont Rinaldo Alessandrini), la révolution de ‘l’italianita’ dans la musique baroque, l’interprétation reste toujours le miroir de caractères individuels plongé dans leur propre modernité. « De la musique baroque, on aime ce qui est le plus proche de notre culture, de notre sensibilité moderne. »

Revendiquer sa liberté au profit de la théâtralité

Par rapport à ses collègues européens (Minkowski, Savall, Lesnes) qu’il a accompagné comme premier violon, Biondi revendique une dose supérieure de théâtralité. « J’aime bien que la musique baroque soit jouée avec force, de façon extravertie et narcissique » Ce tonus là, au-delà des (illusoires) problématiques d’authenticité, le public en redemande depuis près 20 ans. Jouer Boccherini ou Scarlatti n’est pas seulement affaire intime entre le compositeur et le musicien, mais d’abord un plaisir partagé, une communion spirituelle avec un public ! Une vision gourmande de la vie qui court à travers ses concerts et enregistrements confiés en exclusivité au label Virgin Classics depuis 1998. Solaires, explosifs, râpeux parfois, toujours flamboyants, les chefs d’œuvres du répertoire italien (Concerti per viola d’Amore’ de Vivaldi, ‘Stabat Mater’ de Pergolèse – opus plus méconnus de Geminiani qui renaissent grâce à lui).

Une nouvelle troupe de solistes pour relever le défi du concert live

Véritable référence, couronné par de nombreux prix, son enregistrement de l’opéra ‘Bajazet’ de Vivaldi (toujours chez Virgin Classics) fut un véritable manifeste de son art, de sa maturité comme chef d’ensemble et chef de choeur. Le bourreau de travail y opérait des miracles. La dense pâte vocale de ce somptueux ‘pastiche’ lyrique, y était servie par ce qui se fait de mieux en voix baroques : de Patrizia Ciofi, Vivica Genaux, Marijana Mijanovic à Ildebrando D’Arcangelo.

Cinq ans plus tard, une nouvelle troupe autour de Véronica Genaux relève le défi. C’est en quelque sorte la promesse d’un régal pour les inconditionnels du compositeur et une découverte pour ceux pour qui restent convaincus que le Prêtre Roux n’aurait écrit que trois cents fois le même concerto.

Bajazet de Vivaldi. Avec Véronica Genaux, Christian Senn, Romina Basso, Maria Grazia Schiavo, Marina de Liso, Lucia Cirillo.
· Le 25 mars, 20h Salle Pleyel Tél. : 01 42 56 13 13 - Site web
· Le 26 mars, 20h Théâtre de Caen Tel. : 02 31 30 48 00 - theatre ville-caen.fr
· Le 29 mars, 20h Arsenal de Metz Tél. : 03 87 39 92 00 - www.mairie-metz.fr/arsenal

Crédit : EMI Classics

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.