Accueil > Les « IN » pressions d’une première semaine de festival

Critiques / Festival

Les « IN » pressions d’une première semaine de festival

par Marie-Laure Atinault

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Petits conseils à l’usage d’un festivalier novice

Il faut bien le dire le temps n’est pas le même lorsque nous sommes à l’ombre du Palais des Papes. Ici les heures se chevauchent, les repères quotidiens sont bousculés. Etre festivalier n’est pas une sinécure et exige un entraînement et un équipement spécial.

1°) Etre bien chaussé. Les galets que foulaient les mules papales et cardinales sont très durs aux pieds, mis à rude épreuve. Pendant le Festival une bonne chaussure est le nerf de la guerre.
2°) Avoir sa petite bouteille d’eau. Celle que l’on trouve dans certains commerces atteignant des prix prohibitifs. Nous ne sommes pas dans le Sahara !
3°) Etre muni du plan d e la ville.
a) Savoir que le plan du IN ne référence pas les lieux du OFF
b) Et réciproquement
4°) Pour tous les spectacles à l’extérieur se munir de coupe-vent, pull, passe-montagne. Le sombrero et tous les chapeaux à larges bords sont incompatibles avec une bonne entente de son entourage.
5°) Retenir immédiatement ses places pour « Le Roi Lear » mise en scène par J.F Sivadier

Cuvee 2007

Pour cette cuvée 2007, l’artiste associé est Frederic Fisbach. Cet artiste ne fait l’unanimité ni du public ni des professionnels. Est-ce de l’acharnement de la part des directeurs du festival IN, Vincent Baudriller et Hortense Archambault ? Ou bien sont- ils d’incurables optimistes !
Valère Novarina dans la Cour d’Honneur ce n’est que justice pour cette artiste multidisciplinaire qui a une longue et belle histoire avec Avignon. "L’acte inconnu" est un Novarina grand cru. Il faut se laisser emporter par l’ivresse du verbe, par ces cascades de mots, par les gags de mise en place. Du catalogue de mots surgit une poésie allègre au charme fou. La troupe prend un plaisir communicatif à cet exercice de style. En tête Michel Baudinat, comédien fétiche de Novarina et un Dominique Pinon épatant. Toute la troupe nous entraîne dans cette mélopée proprement jouissive !

Mise en scène de Daniel Mesguich avec Catherine BerrianeMoment unique et rare comme aime nous en offrir le Festival. C’est un de ces moments de grâces où l’on pourra dire "j’y étais" :
Jeanne Moreau et Samy Frey dans la cour d’honneur, cela se passe de tout commentaire, les spectateurs avaient l’impression d’être des élus !

Objectif Terre, création de Pierre Henry

Manifeste en trois parties dans la cour du lycée saint Joseph le 11 Juillet. Ce fut un formidable moment. Le maître de la musique concrète, mondialement connu pour entre autres La Messe pour un temps présent, Symphonie pour un homme seul, donne ce concert manifeste où l’artiste exprime son attention aux problèmes de l’environnement. Les sons mécaniques et destructeurs créés par l’homme, ceux de la terre sont un cri d’alarme. Le maître, tel Nemo à bord du Nautilus jouant de l’orgue, poussant avec une extrême délicatesse les curseurs de sa console, dirige son concert avec une concentration digne d’un matou devant son bol de lait ; attentif, observant tout aux alentours. Sa formation de percussionniste lui a appris le poids du geste sûr, de la légèreté et de la souplesse créant une musicalité unique. A soixante dix ans, Pierre Henry donne une merveilleuse leçon aux petits trafiquants de sons qui croient avoir tout inventé !
Les parisiens pourront découvrir ce concert exceptionnel dans le cadre de Paris Quartier d’Eté, le samedi 4 Août à 21 heures au parvis de la Défense.

Crédit photos : Christophe Raynaud de Lage

www.festival-avignon.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.