Accueil > "Le théâtre de la jeunesse"

Critiques / Livres, CD, DVD

"Le théâtre de la jeunesse"

par Marie-Laure Atinault

Une collection de DVD qui fleure bon l’enfance

Partager l'article :

Si vous avez moins de trente ans, le nom de Claude Santelli ne vous dira peut-être rien ; si vous avez plus, il vous évoquera le regard fiévreux, la voix pénétrante d’un homme qui vous a fait aimer la littérature. Oui, je sais, je parle d’un temps que les moins de vingt ans ne connaissent pas, tant pis, tant mieux, à chaque époque ses joies et ses peines. Je vous parle d’un temps où la télévision ne se déclinait que par une seule chaîne avec des horaires d’émission assez réduits. Imaginez-vous que le midi il y avait un magazine présentant des comédiens, des romanciers, des humoristes, suivi du journal d’information, et puis plus rien, sinon la sacro-sainte mire indispensable aux dépanneurs et aux vendeurs de notre chère télévision. Il fallait attendre 18 heures pour voir un magazine, un feuilleton et le journal télévisé présenté par des Messieurs en costume cravate qui maniaient un français de bon aloi. Après, la speakerine nous annonçait les réjouissances de la soirée : les fameuses dramatiques, les émissions comiques sont la haute surveillance de l’Etat. Le dimanche, c’était fête, le jour du seigneur et l’après-midi, l’émission 36 chandelles était animée par le gentil et spirituel Jaboune ou Jean Nohain. Le film du dimanche soir, institution plus fermement instaurée que le 14 Juillet, était une récompense. Le petit écran devenait noir bien avant minuit. Le débonnaire Gros Nounours de Bonne nuit les petits et le Marchand de sable venaient exhorter les chères petites têtes blondes des années soixante à aller au lit de bonne heure, car on parlait déjà, à l’époque, des dangers du petit écran pour la scolarité des enfants. Ce petit écran, véritable lanterne magique, était en noir et blanc. On n’y prenait garde, puisque le choix n’existait pas, et on trouvait magique d’avoir cela chez nous.

Un vrai cadeau de Noël !

Pour le jeune public, il y eu un petit miracle avec le théâtre de la jeunesse. Pour moi, ce fut un dimanche ( ?) à 18 heures. Nous étions plongés dans l’ambiance dès le générique qui s’ouvrait par une petite musique charmante, illustrant les images animées d’un théâtre dont le rideau de carton se levait. Claude Santelli apparaissait et il nous parlait, à nous les enfants, sans niaiseries, sans afféteries ni condescendance. Il nous parlait des grands noms de la littérature, du théâtre tout en faisant une introduction aux dramatiques (comme nous disions alors) proposées. Ses ambitions pour nous étaient magnifiques. Nous faisions connaissance avec La Comtesse de Ségur, Victor Hugo, Théophile Gauthier et Oscar Wilde. Bien sûr, nous trouvions quand même que les enfants sages et courageux de L’auberge de l’ange gardien avaient un côté un peu exagéré, mais ils nous étaient sympathiques ; la bonne aubergiste bien gentille et le zouave courageux, très…… courageux ! Grâce à lui, nous allions faire la connaissance du tonitruant Général Dourakine qui allait revenir pour une autre aventure ou les gentils sont récompensés et les méchants punis ; mais pas trop on savait être magnanime. Claude Santelli nous a fait découvrir Les misérables, une super production pour la télévision de l’époque. Encore aujourd’hui, j’ai des frissons en revoyant Cossette transie et tremblante sauvée par jean Valjean, et je suis amusée par les facéties du fantôme de Canterville.

En découvrant ces DVD éditée par KOBA FIMS, j’ai plongé délicieusement dans mon enfance. Quel plaisir de revoir Les deux nigauds, diffusé pendant les vacances et de retrouver Claude Winter, Denise Gence, Claude Rich, Jacques Fabbri, Michel Galabru truculant Général Dourakine, Michel Bouquet et selon l’expression « j’en passe et des meilleurs ». Il y a une fraîcheur, une qualité, un soin dans les décors et les costumes qui sont remarquables. Il est amusant et touchant de retrouver tous ces comédiens, comme Rosy Varte en méchante Madame Thénardier ou …… - je ne vous dirai pas qui - pour ne pas émousser votre plaisir.

Les films ont été restaurés, remasterisés. Ils sont bien sur les témoignages d’une époque, mais d’abord des films qui enchantent tous les enfants, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui.

La collection du théâtre de la jeunesse compte une dizaine de titre, en plus de ceux cités précédemment, et notamment les excellents Oliver Twist, et l’ile mystérieuse.

KOBA Films Vidéo
01 40 60 40 50 service clientèle, en vente dans les points habituels
Collection Le théâtre de la jeunesse

Lien vers le site...

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • "Le théâtre de la jeunesse" 8 avril 20:40, par Thierry

    Je souri souvent a l’évocation de cette télé "surveillée par l’état". Il faut croire que ca ne lui réussissait pas si mal puisque qu’on a pas fait mieux depuis dans la démarche et la qualité. On peut même dire qu’après les années 60 le plongeon vers la médiocrité etait entamé La mission première des personnels de la télé a cette époque était d’apporter du savoir et de la distraction. Le tout avec un sens assez développé de la neutralité. Cela se remarquait particulièrement à la manière dont les infos étaient lues. On était très loin des procédés actuels de tentatives d’influence.
    Historiquement cette télévision représentait un art de vivre. Elle n’envahissait pas puisque très ramassée en horaire et elle apportait l’essentiel. La qualité de la démarche était telle ("en direct de..." ou "cinq colonnes à la une" par ex) qu’aujourd’hui ce genre d’émission se reçoit comme un témoignage a la postérité. Beaucoup de minots de cette époque ont finit par assimiler le noir et blanc comme un indicateur de qualité.
    Bref , il semble , et c’est mon avis , que cette télévision naissante venait très précisément couronner l’apogée d’une civilisation moderne qui ensuite sombra dans une chute continue.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.