Accueil > La nuit des Reines de Michel Heim

Critiques / Comédie & Humour

La nuit des Reines de Michel Heim

par Marie-Laure Atinault

Le Louvre ou les feux de l’amour ?

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Louvre, 1574. La reine Catherine de Médicis reçoit les ambassadeurs anglais, Sir Andrew et le Duc de Buckingham. Ils sont venus rencontrer le fils préféré de la reine, Henri III, afin d’organiser des noces royales entre leur souveraine et le Roi de France. Ce dernier est loin d’être enthousiaste, il considère la vierge la plus célèbre de la chrétienté comme une vieille toupie ! De toute façon, Henri n’aime que sa sœur, la libertine Reine Margot, qu’il lutine depuis l’enfance. Il faut bien passer le temps et le Louvre est tellement plan-plan.

Qui dit ambassade dit conciliabules officiels et officieux. La reine Margot aimerait s’attirer les faveurs du sémillant Buckingham, Billy pour les intimes et surtout pour les jeunes pages. Elle va essuyer son premier refus ! Sir Andrew n’est pas ce qu’il semble être et Catherine de Médicis l’apprendra à ses dépens. Henri, désireux de faire échouer ce mariage, décide de jouer la « folle » du Roi. Enfin cette nuit des Reines est une vraie soirée de dupes.

Historien psychorigide s’abstenir !

Michel Heim a écrit une farce historique en alexandrins. Cette polissonnerie concoctée à la sauce Dumas est une comédie de mœurs légère des plus plaisantes. L’auteur parsème ses vers de quelques anachronismes bien ciblés et de jeux de mots qui auraient plu au bon roi Henri... IV. La situation historique est véridique mais les secrets d’alcôves sont pimentés à la mode des Caramels Fous dont Michel Heim est l’un des créateurs. Les cinq comédiens de cette fantaisie nous entrainent dans les coulisses de l’histoire où l’on trousse les jupons de l’image d’Epinal. L’arrivée de la Reine Elisabeth I affirmant sa féminité, chapeautée selon le protocole, déclenche un fou rire incoercible. Elle ressemble à s’y méprendre à son arrière-arrière-arrière petite fille Elisabeth II. Avec le sous titre "Comment Henri III a viré sa cuti", il est clair que Michel Heim annonce la couleur. Le spectacle follement gai nous fait entonner en chœur un vibrant God Save the Queens !


"La Nuit des Reines" de Michel Heim, mise en scène de Jean-Pierre Rouvellat -
Petit théâtre des Variétés 01 42 33 09 92

photo Annemiek Veldman

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.