Accueil > Vie et mort de H de Hanokh Levin

Critiques / Théâtre

Vie et mort de H de Hanokh Levin

par Jean Chollet

Comédie mordante sur le prix du bonheur

Partager l'article :

Figure majeure de la dramaturgie israélienne contemporaine, Hanokh Levin (1943 – 1999) est auteur d’une cinquantaine de pièces dont certaines ont été représentées plusieurs fois sur nos scènes, Yacobi et Leidental, L’Enfant rêve, Kroum l’Ectoplasme ou Funérailles d’hiver. Celle – ci, moins connue, créée en 1972 à Haïfa, a été publiée en langue française en 2011, aux Editions Théâtrales dans un recueil intitulé Pièces mortelles , accompagnée de Requiem et des Pleurnicheurs. L’intitulé de son titre complet Pique – assiette et souffre douleur , donne une première indication sur le contenu de cette comédie loufoque et grinçante. H (comme Hanokh ?) a été recueilli depuis des années par un couple de petits bourgeois, composé de Boubel et de son épouse Emnopée , patents d‘une fille, Fogra. Mais au delà d’offrir le gite et le couvert à celui qu’ils considèrent comme un parasite, ce dernier leur sert de souffre – douleur et d’exutoire pour conforter leur bonheur et leurs fantasmes. Tout bascule, lorsque H apprend le mariage de Fogra, dont il était secrètement épris, qui le plonge dans le désespoir et provoque son “envie de se foutre en l’air ”, objectif qu’il atteindra de manière imprévue, après quelques hésitations, péripéties délirantes et rencontres surréalistes. Au-delà de ses situations farcesques, Levin introduit une vision satirique, philosophique et sociétale, de la condition humaine dans sa recherche hypothétique du bonheur, refusé aux humiliés condamnés aux rôles de faire valoir, et de la solitude devant la mort.

Dans un espace habilement stylisé, (Erwan Creff), aéré et fonctionnel sur plusieurs niveaux équipés de portes et paravents qui contribuent à la dynamique de la représentation, Clément Poirée, déjà metteur en scène de deux pièces de Levin en 2004 et 2005, conduit le bal avec une tonicité burlesque. Il donne chair à des personnages hauts en couleurs, parfois grotesques, en leur maintenant une part d’humanité et de tendresse. Parmi ceux – ci, on remarque en particulier, les interprétations de Eddie Chignara, Boubel despotique et belliqueux à souhait, Luce Mouchel, complexe et troublante Emnopée, Bruno Blairet, H, écorché vif et condamné au néant, la jeune Camille Bernon, Fogra rebelle et tyrannique, et Louise Coldefy, cocasse et hilarante serveuse de café. Derrière la farce, une réflexion sur l’égoïsme de certains comportements humains.

Photos Antonia Bozzi

Vie et mort de H de Hanokh Levin, texte français Laurence Sendrowicz, mise en scène Clément Poirée, avec Mustapha Benaïbout, Camille Bernon, Bruno Blairet, Eddie Chignara, Louise Coldefy, Emilien Diard-Detoeuf, Laurent Ménoret, Luce Mouchel. Scénographie Erwan Creff, lumières Kévin Briard, costumes Hanna Sjödin, musiques Stéphanie Gibert. Durée 2 heures 10.

Théâtre de la Tempête jusqu’au 5 février tel : 01 43 28 36 36

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.