Accueil > Une plaque pour Dutilleux

Actualités /

Une plaque pour Dutilleux

par Christian Wasselin

Une plaque a été dévoilée, le 22 septembre, sur le mur de l’immeuble où le compositeur Henri Dutilleux et sa femme Geneviève Joy ont vécu pendant plusieurs décennies.

Partager l'article :

Après de longs mois d’une polémique détestable et sans fondement, a enfin été dévoilée, le mardi 22 septembre, sur la façade du 12 de la rue Saint-Louis-en-l’Île (Paris 4e), la plaque rappelant le souvenir d’Henri Dutilleux (1916-2013). Sous le prétexte qu’il a écrit en 1942 la musique du court métrage Force sur le stade, exhortant les patrons à faire pratiquer le sport par leurs ouvriers, Dutilleux avait été suspecté de collaborationnisme, accusation particulièrement odieuse quand on envisage la philosophie qui sous-tend son œuvre entier.

La Mairie de Paris, qui avait décidé, sur la recommandation du Comité d’histoire de la ville, de reporter la date à laquelle cette plaque serait fixée, a finalement fait machine arrière. Et Christophe Girard, maire du quatrième arrondissement, a dévoilé hier l’objet qui a été la cause de ces navrants débats, lesquels révèlent la confusion qui s’est emparé des esprits de nos contemporains. Notons au passage que le musicien a évité que figure sur ladite plaque la mention « compositeur de musique contemporaine », un instant envisagée, qui aurait montré l’inculture, cette fois, de ceux qu’on désigne par habitude (plus que par raison) sous l’appellation générique « nos élites ».

La cérémonie a eu lieu dans l’étroite rue Saint-Louis-en-l’Île, en présence d’une petite foule de fidèles et de la violoncelliste Emmanuelle Bertrand (qui a interprété pour l’occasion, sous une tente éphémère, la première des Strophes sur le nom de Sacher), soulagés qu’un artiste ne soit plus pris en otage par la férocité de l’Histoire et l’imbécillité des politiques.

Image : la plaque et le compositeur (dr)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.