Accueil > Une mouette et autres cas d’espèces par Hubert Colas

Critiques / Théâtre

Une mouette et autres cas d’espèces par Hubert Colas

par Gilles Costaz

Sept auteurs d’aujourd’hui dans les pas de Tchekhov

Partager l'article :

C’est peut-être un exercice à la mode que de réécrire certains de nos chefs-d’oeuvre, mais l’entreprise qui consiste à demander à sept auteurs d’aujourd’hui de refaire à leur façon un acte ou un passage de La Mouette de Tchekhov est quand même délirante, ou même sacrilège ! Hubert Colas l’a proposé à Édith Azam, Jérôme Game, Liliane Giraudon, Angélica Liddell, Florian Pautasso, Nathalie Quintane, Jacob Wren et Annie Zadek. L’un d’eux s’est contenté d’un texte linéaire rigolard, professant qu’il fallait se préoccuper des « bites » dans cette histoire. Les autres ont joué le jeu de manière si variée que Colas a dû construire toute une architecture pour que la soirée ne répète pas des scènes trop semblables. Ce fut surtout l’occasion pour ces écrivains de tourner autour des thèmes du théâtre – l’académisme au théâtre, l’avant-garde, la vie privée des acteurs – que Tchekhov avait abordés à sa façon. Même s’il est question de sexualité et d’écologie – parmi les préoccupations modernes qui s’inscrivent dans cette réécriture -, la plupart des auteurs vont dans une même direction : l’amplification du caractère désespéré des personnages. Ils voient tous Tchekhov comme le précurseur de l’analyse de la déprime. Seule, Annie Zadek fait vraiment oeuvre totalement originale avec une longue scène autour de la solitude. Il faut dire que la scène écrite par Nathalie Quintane ne peut être écoutée et jugée tant la comédienne qui en interprète le rôle principal est inaudible.
Avec ses défauts – plein de défauts ! -, le spectacle d’Hubert Colas reste passionnant. Car il a l’ampleur de sa folle ambition. Il se sert de plusieurs langages, élargit ou concentre la scène avec de la vidéo, change sans cesse de rythme, parfois selon la vitesse des fauteuils à roulettes sur lesquels certains comédiens traversent l’espace. C’est grave ou blagueur. Plutôt grave, cependant. A quelques exceptions près, c’est très bien joué. Tout à coup, par moments, c’est juste ou bouleversant : vous savez, ces moments où votre attention est totale pour saisir un instant de grâce. L’ensemble est difficile à estimer en une seule vision, tant il est riche – ce qui implique, comme nous l’avons dit, des inégalités, des provocations inutiles. Mais, dans les pas de Tchekhov, quelque chose de fort s’est mis à naitre ou à renaître.

Une mouette et autres cas d’espèces, adaptation, mise en scène et scénographie d’Hubert Colas.
Libre réécriture de la pièce d’Anton Tchekhov par Édith Azam, Jérôme Game, Liliane Giraudon, Angélica Liddell, Florian Pautasso, Nathalie Quintane, Jacob Wren, Annie Zadek. Assistant de Sophie Nardone, vidéo de 
Pierre Nouvel, lumières d’Hubert Colas et Fabien Sanchez, son de 
Frédéric Viénot, costumes de 
Frédéric Cambier en collaboration avec
 Alexandre Chagnon, travail autour du clown : Alain Gautré, préparation vocale : 
Sophie Hervé, chef de chant : 
Thomas Tacquet. Avec Céline Bouchard-Cadaugade, Heidi-Éva Clavier, Jonathan Drillet, Valère Habermann, Florian Pautasso, Vilma Pitrinaite, Thierry Raynaud, Yuval Rozman,
Cyril Texier, Laure Wolf.


Nanterre-Amandiers, 01 46 14 70 00, jusqu’au 22 janvier. Théâtre Paul Eluard, Choisy-le-Roi, 26 janvier. (Durée : 2 h 20).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.