Accueil > Une Nuit à la Présidence

Critiques / Théâtre

Une Nuit à la Présidence

par Jean Chollet

Saga africa

Partager l'article :

Jean-Louis Martinelli aime l’Afrique. Il l’a prouvé en plusieurs occasions à travers ses rencontres et ses spectacles tels Voyages en Afrique, Mitterand et Sankara de Jaques Jouet ou Médée de Max Rouquette, interprétée des comédiens du Burkina Fasso. Ayant quitté depuis le 1er janvier la direction du Théâtre Nanterre – Amandiers, il y revient pour une mise en scène de cette fiction africaine. Dans le salon d’un palais d’une “République démocratique populaire ”, sobrement évoqué par la scénographie de Gilles Taschet, un président autocrate (Moussa Sanou), La Première Dame (Blandine Yameogo) issue d’une riche famille, conversent avec un homme d’affaires français Monsieur Nick. Un homme, dont les investissements, le pouvoir et les relations semblent directement issus d’une “ Françafrique”, symbole des ingérences de la France dans ses anciennes colonies ou pays francophones.

Une discussion s’engage, interrompue par l’arrivée de musiciens – chanteurs (musiques du congolais Ray Lema) qui font chacun part de la précarité de leur condition, de leur envie d’un ailleurs en Europe où certains se sont déjà brisés. Cela entraine un discours électoraliste et démagogique du Président, qui voit son pays quitter le PPTE (Pays pauvres très endettés), obtenir de la Chine des téléphones a bas prix, organiser les Jeux olympiques ou faire venir la mer distante de mille kilomètres

Composée à partir d’improvisations des comédiens, cette fiction farcesque s’inspire de la réalité internationale, pour mettre en perspective les relations économiques et politiques des pays occidentaux avec les pays africains. Les humiliations ou les exploitations que ces derniers subissent, dans les mécanismes de la mondialisation économique capitaliste. Elles susciteront un appel la révolte de la ministre de la culture (Odile Sankara, demi-sœur du président burkinabé, Thomas Sankara assassiné en 1987 à Ouagadougou). Jean Louis Martinelli a écrit un texte savoureux, qui parfois déclenche des rires grinçants, mais donne à ressentir les enjeux sociaux et culturels de l’Afrique face à la globalisation du monde d’aujourd’hui, sans manichéisme superflu. Sous sa direction, l’ensemble des comédiens fait preuve d’une vitalité tonique et convaincante, et apporte les colorations nécessaires, ouvrant sur une empathie du spectateur. Une fable, qui sous son humour parle de choses graves avec légèreté, et évacue la langue de bois de certaines déclarations sur le sujet.

Une nuit à la présidence, mise en scène et écriture (à partir d’improvisations avec les comédiens)
Jean-Louis Martinelli, avec Bil Aka Kora, Malou Christiane Bambara, Jannette Gomis, K.Urbain Guiguemde, Nongondo Ouedraogo, Nicolas Pirson, Odile Sankara, Moussa Sanou, Blandine Yameogo, Vendy. Musique Ray Lema. Scénographie Gilles Taschet, lumières Jean-Marc Skatchko, costumes Karine Vintache. Durée : 1 heure 40.

Théâtre Nanterre –Amandiers jusqu’au 30 mars 2014.

Photos Victor Tonnelli

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.