Accueil > Ulysse de Taourirt d’Abdelwaheb Sefsaf

Critiques / Théâtre

Ulysse de Taourirt d’Abdelwaheb Sefsaf

par Corinne Denailles

Les chants douloureux de l’exil

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Dans ce jardin d’Éden, je vénérais mon père telle la figure d’un demi-dieu, un héros antique caché sous l’apparence d’un ouvrier ordinaire et doté d’une force surhumaine puisée dans le pouvoir intarissable de l’huile d’olive sacrée de Kabylie. » Ainsi parle Abdelwaheb Sefsaf, auteur, acteur, musicien dont un public important suit, d’année en année, les différents spectacles, depuis Roanne et Saint-Etienne, jusqu’à Paris et en de nombreux théâtres français. La précédente pièce, Si loin si proche, centrée sur le personnage de la mère, contait l’exil, à travers le départ en Algérie et la longue route ver la région parisienne. On comprend que, pour ce nouvel épisode de sa vie, Ulysse de Taourirt, l’auteur fasse référence à Homère. Le monde change, mais les drames se répètent. C’est dans un aller-retour entre la France-Algérie, au temps des années 70, que Sefsaf nous embarque à présent, poussé par l’amour du père disparu et par l’urgence de parler. La France dans les années 60-70, c’est pour les travailleurs algériens l’isolement dans des baraquements sinistres. L’Algérie, c’est l’embrigadement dans un service militaire déprimant. Il faut savoir renaître dans ce marasme. Abdelwaheb Sefsaf témoigne aussi de cette capacité à dominer le malheur. Il n’a pas d’amertume dans son goût de la vérité.
L’artiste et écrivain de la compagnie Nomade in France se démultiplie car il sait tout faire : écrire, jouer, chanter, diriger. Il est en scène et assure avant tout le rôle de celui qui témoigne en son nom et au nom des autres. Ses partenaires musiciens se déploient sur le plateau, au fond duquel s’impriment des images fantomatiques qui rappellent notre Histoire, et chantent dans l’éventail d’une musicalité furieuse et tendre. Le spectacle d’Abdelwaheb Sefsaf temporise la violence politique. Il est doux et fraternel, avec un amour et une allégresse qui s’infiltrent dans la tristesse, la douleur et la représentation satirique.
©Ra2

Tournée
08 et 09 /12/21 - Quai des Arts - Rumilly (74)
11/12/21 - Théâtre du Vellein - Villefontaine (38)
14/12/21 - Le Sémaphore - Cébazat (63)
25/03/22 - Le Figuier Blanc - Argenteuil (95)
05/04/22 - Théâtre de Privas (07)
13/04/22 - Théâtre Molière - Scène Nationale Archipel de Thau- Sète(34) 05/05/22 - L’Heure Bleue - Saint-Martin-d’Hères (38)

Tournée SI loin si proche
11/01/22 - Quai des Arts - Rumilly (74)
14/01/22 - Théâtre La Maison du Peuple - Pierre Bénite (69)
21/01/22 - Théâtre de Givors (69)
28/01/22 - Espace Culturel des Corbières - Ferrals-les- Corbières (11) 11/02/22 - La 2Deuche - Lempdes (63)
15/02/22 - Théâtre Molière - Scène Nationale Archipel de Thau- Sète (34) 22/02/22 - Théâtre La Coupole - Saint-Louis (68)
04/03/22 - Théâtre de Villefranche (69)
10 et 11/03/22 - Le Carreau Scène Nationale de Forbach (57)
17/05/22 - La Capitelle - Monistrol (43)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.