Tristan et Isolde dans le texte

Les éditions Gulf Stream lancent une collection de livres pour adolescents qui propose une nouvelle façon de faire siens les grands opéras du répertoire.

Tristan et Isolde dans le texte

IL Y A DIFFÉRENTES MANIÈRES DE SE FAMILIARISER avec le répertoire lyrique : la plus simple est de se rendre dans un théâtre et de s’abandonner au pouvoir des œuvres. Sans calcul ni préjugé. On peut aussi partir du principe que les opéras racontent des histoires captivantes qu’il est possible de découvrir avant d’en aborder la musique. C’est le pari qu’ont fait les éditions Gulf Stream (installées à Nantes) en lançant une nouvelle collection destinée à donner le goût de l’opéra aux adolescents et, d’une manière générale, à tous ceux qui ne savent pas trop selon quel biais aborder le monde foisonnant de l’opéra.

Trois titres sont proposés pour commencer, tous munis de la locution prépositive « d’après » : D’après Tristan et Isolde, D’après La Traviata, D’après La Flûte enchantée. L’enjeu est simple : proposer à un auteur sa propre version de l’argument de Tristan et Isolde, de La Traviata, de La Flûte enchantée. Comme l’institution scolaire permet de moins en moins de découvrir les mythes et ce qu’on appelle « les grands textes » (dont la vocation, faut-il le rappeler, n’est pas d’intimider mais de dépayser), cette initiative est bienvenue, d’autant que les livres de cette collection ne proposent pas de montrer ce qu’il y aurait de banal ou de tristement contemporain dans ces histoires. Une collection qui ne dépoussière pas, qui ne déconstruit pas, qui n’humilie pas, quelle aubaine !

Ainsi, Fabien Clavel réinterprète le livret de La Traviata sous la forme d’un poème en vers libres de 140 pages, ce qui ne manque pas d’audace.

L’opéra comme un ailleurs

Christine Féret-Fleury, elle, situe l’histoire de Tristan et Isolde dans le contexte de la guerre qui a opposé l’Irlande à l’Angleterre de 1919 à 1921. Le roi Mark devient un riche propriétaire anglais, Kurwenal est son chauffeur, le jeune soldat Tristan a été sauvé par Isolde, incapable de laisser mourir un être humain sous ses yeux, même s’il appartient au camp adverse. Le récit est mené de manière limpide, sans que la langue cède à des facilités, et suit le déroulement de l’opéra : le philtre préparé par Brangaine, la scène de chasse et le retour de Mark et Melot, Tristan mourant n’attendant plus que le retour d’Isolde, le sacrifice de la jeune fille, etc. Le tout avec de jolies trouvailles (Isolde surnommée « Sol ») et des allusions sans lourdeur aux mœurs irlandaises du temps (on pense au film L’Homme tranquille de John Ford !).

Selon certains commentaires hâtifs ou routiniers, les adolescents rechigneraient à se rendre à l’opéra ou au concert parce qu’il est impossible d’entrer et de sortir à tout moment de la salle, parce qu’il est hors de question d’y manipuler son portable, etc. Ces livres posent l’hypothèse contraire : sans complaisance ni concession, ils racontent des histoires et font le pari qu’on peut avoir dix-sept ans (ou treize, ou vingt, ou plus, ou moins) et être prêt à vivre quelque chose d’inédit, d’inouï, de fou. Quelque chose qui ne ressemble à rien d’autre. Quelque chose où le temps n’est plus le temps : aller à l’opéra. Et se laisser enchanter.

Fabien Clavel : D’après La Traviata, éd. Gulf Stream, coll. « Prélude », 2022, 159 p., 13 €.
Christine Féret-Fleury : D’après Tristan et Isolde, éd. Gulf Stream, coll. « Prélude », 2022, 125 p., 12 €.

A propos de l'auteur
Christian Wasselin
Christian Wasselin

Né à Marcq-en-Barœul (ville célébrée par Aragon), Christian Wasselin se partage entre la fiction et la musicographie. On lui doit notamment plusieurs livres consacrés à Berlioz (Berlioz, les deux ailes de l’âme, Gallimard ; Berlioz ou le Voyage...

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook