Accueil > Tous nos voeux de bonheur de Marylin Bal

Critiques / Théâtre

Tous nos voeux de bonheur de Marylin Bal

par Gilles Costaz

L’âge de larguer les amarres

Partager l'article :

Après la réussite de sa première pièce, Le Chant des oliviers, que jouaient Julia Duchaussoy et Jean-Claude Dreyfus, Marilyn Bal passe à sa deuxième comédie, Tous nos vœux de bonheur. Et c’est moins bien ! En fait, l’ambition est moindre car, s’adaptant aux acteurs, l’auteur propose plutôt une série de saynètes qui content une histoire assez mince. L’enjeu est d’offrir à la fois des rôles savoureux à des actrices et un rire de bonne décontraction à un public en quête d’un divertissement sans complexité. En scène deux sœurs au caractère totalement opposé. L’une est une épouse modèle, qui cherche à sortir de sa vie rangée mais adopte difficilement et maladroitement un mode de vie décontracté et aventureux. L’autre est divorcée, sans remords et sans tabou, prenant la vie comme elle vient, avec un grand appétit sensuel. Le mariage de leur sœur cadette les met face à face, les stimule, les change. La joie de vivre et de briser les conventions devrait l’emporter au moment où il faut larguer les amarres…
Le procédé de décor – un écran où s’imprime des noms et des couleurs – est ingénieux et permet une représentation simple et rapide. La mise en scène de Jean-Philippe Azéma pourrait éviter quelques vulgarité mais équilibre habilement la présence des actrices et la part d’imagination que suscite le texte et où le public s’investit. Karine Dubernet est très amusante ; elle st toujours dans la malice et la vivacité. Le second rôle est tenu en alternance par Marie-Hélène Lentini et Claire Gérard qui, du moins pour ce qui concerne la première qui assurait le rôle le soir où nous y étions, sont plaisantes dans le comique sur l’âge et le décalage que produit la volonté de paraître jeune. Les éclats de rire sont nombreux amis Marylin Bal doit faire de plus d’ambition dans sa prochaine pièce.

Tous nos vœux de bonheur de Marilyn Bal, mise en scène de Jean-Philippe Azéma, musique d’Hervé Devolder, lumières de Denis Koransky, avec Karine Dubernet, Marie-Hélène Lentini ou Claire Gérard.

Comédie Bastille, du dimanche au mercredi 21 h, samedi 15 h, té. : 01 48 07 52 07.

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.