Accueil > Tara sur la lune de Cynthia Miranda et Daniel Garcia

Critiques / Jeune Public / Théâtre

Tara sur la lune de Cynthia Miranda et Daniel Garcia

par Corinne Denailles

De l’art de parler aux enfants de sujets graves

Partager l'article :

Le grand-père de la petite Tara l’initie à l’astronomie et lui raconte qu’il prépare un voyage sur la lune où l’emmènera un troupeau d’oies ; il lui explique que la lune est un fromage dans les trous duquel vivent des taupes ; on y rencontre aussi des escargots qui font des courses comme tous les escargots. Il doit partir en mission pour préserver l’environnement lunaire des spéculations immobilières américaines et russes. Un joli conte pour préparer en douceur sa fin qu’il sait prochaine. Quand le grand-père disparaît, Tara, persuadée qu’il est parti et qu’il est en danger (il a oublié à la maison son appareil à respiration stratosphérique…), décide qu’elle doit aller le sauver. On assiste à toutes les étapes de son entreprise audacieuse menée en secret : naissance des poussins, éducation physique et militaire des jeunes oies, construction de la nacelle. Un jour ses volatiles suivent les oies sauvages en migration ; la voilà bien triste d’avoir perdu ses petites amies, mais fidèles, elles reviendront. Le papa de Tara, jusque-là très sévère, comprend la situation et finit par jouer le jeu du grand-père. Pour Tara, désormais, son grand-père est dans le ciel et la métaphore prend tout son sens.

L’histoire est originale et bien menée et sa mise en oeuvre très ingénieuse. Un véritable film d’animation en fond de scène fait défiler de grandes images très colorées ; devant l’écran un système simple de panneaux permet à l’unique comédienne de s’insérer dans le décor et de dialoguer avec les personnages. Tara est interprétée par Olivia Algazi que l’on a pu voir dans le rôle de la secrétaire et maîtresse de Zweig dans La femme silencieuse et que l’on peut voir actuellement à Avignon dans Luz d’après le roman de l’Argentine Elsa Osorio (1), deux spectacles graves sur des sujets historiques tragiques. Olivia Algazi démontre ici sa capacité à maîtriser des registres très divers. Elle donne à cette charmante Tara une réelle fraîcheur, une vivacité délicieuse sans aucune mièvrerie et touche les enfants comme les adultes. Elle est aussi la narratrice en voix off qui conduit ce conte qui parle avec poésie, tendresse, humour et tact d’un sujet délicat.

Tara sur la lune de Cynthia Miranda et Daniel Garcia, avec Olivia Algazi. Voix off Olivia Algazi, Xavier Czalpa. Musique, Oscar Botello. Animation, Daniel Garda. Scénographie, Elisa Cano Rodriguez, Yoray Gonzales. Décors, Eva de la Cruz, Yeray Gonzales.A Paris à la Grande Comédie en octobre : les 15-16 et 19-31 octobre, en novembre : mardi 1er puis tous les mercredis, samedis et dimanches, en décembre : tous les mercredis, samedis et dimanches puis tous les jours du 17 au 31 décembre.Durée : 55 minutes.
Résa : 01 48 74 03 65

1 Luz d’après Luz ou le temps sauvage d’Elsa Osorio évoque dans un thriller tragique le vol des bébés en Argentine au temps de la dictature.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.