Accueil > Sur les cendres en avant de Pierre Notte

Critiques / Théâtre

Sur les cendres en avant de Pierre Notte

par Gilles Costaz

Chantons sous la nuit

Partager l'article :

En avant sur des cendres, mais lesquelles ? A la vue du décor non signé sur le programme (un bricolage de l’auteur, Pierre Notte, certainement !), c’est tout de suite évident. Un appartement a pris feu et la locataire, Melle Rose, vit assise au milieu d’un mobilier brûlé. Mais, comme le mur s’est effondré, comme il n’y a au sol qu’une trace de cloison disparue, Rose peut s’adresser à sa voisine, Macha. Celle-ci vit de ses charmes pour nourrir sa jeune soeur qui habite chez elle. Et cela ne plaît pas à Melle Rose, qui le dit à voix haute (et chantée). Le climat n’est pas amical d’un appartement à l’autre. Pour ne rien arranger, une femme surgit avec un fusil : elle veut tuer Macha avec qui son mari a eu une relation tarifée. C’est la guerre, mais pas tant que ça. Les quatre femmes, à force de se disputer, vont se comprendre et créer un cabaret pour embellir ensemble leur vie et celle des autres.
Pierre Notte admire manifestement les comédies musicales de Jacques Demy et Michel Legrand. Ses textes et ses musiques lui rendent hommage, mais Notte garde sa plume, sa veine. Il est un peu plus trash, il gratte là où ça dérange. La scarification, par exemple, l’intéresse et l’un des personnages s’abîme à coups d’épluche-légumes (ce qui donne, finalement, une situation follement drôle). Tout n’en est que plus invraisemblable, dans une forme ironiquement mélodramatique tout à fait moderne. Cette pièce entièrement chantée a des ailes, grâce à cet auteur-musicien-metteur en scène qui va sans doute encore plus loin du côté de la poésie malicieuse et de la musique joyeuse auxquelles il nous avait habitués. Chloé Olivères sait être fermée, bougonne et vivante ! Blanche Leleu a le jeu souple et musclé. Elsa Rozenknop compose parfaitement la jeune fille butée. Juliette Coulon débarque avec une belle énergie joueuse le fusil à la main. Donia Berriri, au piano, nous fait d’abord croire qu’elle ne sait jouer que deux ou trois notes avant de soutenir fiévreusement tout le spectacle. Belle équipe au service d’une pièce qui volète haut dans le ciel. Avec elle chantons sous la nuit !

Sur les cendres en avant, texte, musique et mise en scène de Pierre Notte, assistant de Claire Frétel, costumes de Sarah Dupont, lumières d’Antonio de Carvalho, transcriptions musicales de Paul-Marie Barbier, son d’Olivier Bergeret, conseils pour la magie d’Arthur Dreyfus, avec Juliette Coulon, Blanche Leleu, Chloé Olivères, Elza Rozenknop, Donia Berriri (piano) et la voix de Nicole Croisille.

Théâtre du Rond-Point, 21 h, tél. : 01 44 95 98 21, jusqu’au 14 avril. Texte à L’Avant-Scène Théâtre.

Photo Giovanni Cittadini Cesi.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.