Accueil > Seul enseigne de et avec Vincent Caire

Critiques / Comédie & Humour

Seul enseigne de et avec Vincent Caire

par Marie-Laure Atinault

Le plus beau métier du monde ou la fosse aux lions ?

Partager l'article :

Quel beau métier que celui de professeur. Un sacerdoce qui se transforme parfois en sacrifice. Vincent, un jeune professeur de mathématiques, nous raconte son périple dans l’enseignement national. Il se retrouve dans un lycée pudiquement classé sensible. Dès son premier jour, c’est le choc des cultures. En demandant son chemin à des élèves, il découvre une langue qui lui est parfaitement étrangère ! Mais il est jeune et plein d’allant. Il a le désir de dispenser équations, paraboles et hyperboles. Il verra que la pratique est parfois bien éloignée de la théorie. Enseigner des équations à des élèves qui parlent mal le français, et dont la préoccupation première est d’avoir des papiers. Cherchez l’erreur !

Vincent est un jeune comédien sans engagement. Une amie lui signale que l’Education Nationale recrute. Il est accepté. Sa première année d’enseignement en ZEP donne une chronique hallucinante mais vraie. De cette expérience inoubliable où ses convictions seront battues en brèche, il nous offre un spectacle bien ficelé qui nous plonge dans un monde bien loin de l’éducation nationale dépeinte par Marcel Pagnol. Vincent Caire interprète une galerie de personnages avec une humanité pertinente, sans concession, mais avec beaucoup de tendresse. Élèves, professeurs, parents d’élèves, fonctionnaires, Vincent Caire les interprète tous, en donnant à chacun un détail qui permet au public de reconnaître immédiatement le personnage. Notre chouchou est sans aucun doute le courageux Farid. Ce professeur a la vocation visée au cœur. Lorsqu’un élève « oublie » de venir faire sa colle, il n’hésite pas, il va le chercher chez lui ! Farid sera le mentor de ce jeune professeur lâché sans préparation dans un milieu inconnu. Bon ce n’est pas Koh Lanta, mais la loi de la jungle n’est pas loin. Un grand moment est celui où Vincent reçoit les parents d’élèves. C’est un vrai tour du monde. Les enfants doivent faire le lien entre leurs parents et les professeurs, ils sont les interprètes de leur propre peine. On peut légitimement douter de l’exactitude des propos traduits, le dialogue en Wolof est formidable. Nous engageons tous nos lecteurs qui savent parler le Wolof de prêter main forte à ce pauvre professeur de mathématiques, qui perd son latin dans les méandres de l’administration. Entre Kafka et la guerre des gangs, avec une dose énorme de générosité, notre professeur de maths ne veut pas déposer les armes, il pense que le salut passe par l’enseignement. Si le spectacle nous fait rire, parfois jaune devant les incohérences d’un système qu’il ne fait pas bon de vouloir dégraisser selon un ministre , à l’heure d’une énième réforme sujette à contestations, il est juste d’essayer de comprendre le malaise des enseignants. Le dynamique Vincent Caire joue les candides avec beaucoup d’esprit. Nous lui donnons un 20 /20 pour son brillant oral.

Seul enseigne
De et avec Vincent Caire
Mise en scène Karine Tabet
Tous les jeudis à 20h15
La Cible
62 rue J.B Pigalle 75009 Paris Tél : 0981393025
www.theatrelacible.fr

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.