Accueil > Scènes de la vie conjugale d’après Ingmar Bergman

Critiques / Théâtre

Scènes de la vie conjugale d’après Ingmar Bergman

par Jean Chollet

Mise à nu d’un couple à deux battants

Partager l'article :

En 1973, le grand cinéaste suédois Ingmar Bergman (1918-2007) réalise ce film, initialement prévu pour la télévision, dont la diffusion en six épisodes de cinquante minutes connaît un très grand succès d’audience. Il sera repris l’année suivante au cinéma dans une version plus courte, distinguée par le Golden Globe Award aux Etats - Unis. Une chronique de la vie d’un couple bourgeois, composé de Marianne et Johan, étendue sur une période de vingt ans. Elle s’ouvre sur leur interview filmée pour un magazine, révélant leur épanouissement et leur bonheur familial. Ils accueillent, lors d’un dîner, un couple d’amis, Peter et Katerina, qui révèlent violemment leurs fractures conjugales, en provoquant les interrogations et le trouble chez leurs hôtes. Et si leur apparente félicité n’était que façade et entretenue pour conforter leur image sociale ? Progressivement les tensions montent, à travers les joutes oratoires du quotidien et atteignent leur pic au moment de l’annonce du départ de Johan pour rejoindre sa maîtresse Paula, malgré la présence de ses deux filles.D’incompréhensions en faux-fuyants et déchirements, la séparation transformera l’amour en tendresse. Des situations universelles dans le mariage occidental.

Bergman, qui fut aussi un metteur en scène de théâtre productif et apprécié, déclarait à propos de sa réalisation de Woyzek de Georg Bünchner en 1969, “ Je veux que le public soit en contact direct avec le jeu, qu’il le sente d’une manière réaliste très proche, à bout portant.“ (Cahier de répétition Henrik Sjögren). C’est dans cette direction que Nicolas Liotard a engagé sa création de cette œuvre filmique, dont les découpages et dialogues portaient déjà une dimension théâtrale, en lui apportant une résonance adaptée à la scène évitant le simulacre. Pour y parvenir, il crée un espace bi-frontal propice à une proximité avec les spectateurs, en associant les images vidéo (enregistrées ou captées en direct) à un jeu dont le dosage naturaliste s’exprime avec densité par l’interprétation des sept excellents comédiens. A leur tête, Anne Cantineau, porte le beau portrait de femme de Marianne, avec une vitalité et un naturel confondant, et Fabrice Pierre, livre avec tension et éclat les déchirures, contradictions et échecs de Johan. Sur sa durée (3h 50), le spectacle porte encore quelques flottements, qui devraient s’effacer au fil des représentations, en confortant une réussite, qui ouvre sans pathos sur une indéniable empathie.

Scène de la vie conjugale, d’après Ingmar Bergman, mise en scène Nicolas Liotard, avec Anne Cantineau, Fabrice Pierre, Sandy Boizard, Nicolas Liotard, Michèle Foucher, et en alternance, Magali Léris ou Nanou Garcia, (Madame Jacobi ) Christophe Battarel , Jean-Yves Broustail ou Nicolas Roncerel (Arne). Images, montage vidéo, Michel Dusautoy, Thomas Watteau, Nicolas Liotard, son Thomas Watteau. Durée : 3 heures 50 avec entracte.

Reprise au Théâtre national de la Colline jusqu’au 14 février 2016

La Scène Watteau - Nogent-sur Marne jusqu’au 26 novembre 2014. L’Apostrophe Cergy – Pontoise du 6 au 8 janvier 2015, Salle Jacques Brel – Gonesse le 28 janvier 2015.

Photo ©Magalie Nadaud

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.