Accueil > Sans haut, ni bas

Critiques / Danse

Sans haut, ni bas

par Yves Bourgade

L’univers magique de Philippe Decouflé

Partager l'article :

Philippe Decouflé, l’ordonnateur de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville en 1992, a entrepris avec sa compagnie DCA, à la mi-novembre 2017, une tournée en France qui s’achèvera en juillet 2018 au Japon et passe à deux reprises à Paris, au Théâtre national de la danse de Chaillot.
Depuis cette saison 2017-2018, le chorégraphe et DCA sont « artistes associés » à cette institution parisienne qui vient d’afficher leurs Nouvelles pièces courtes et les reprendra du 20avril au 10 mai 2018.
Ce spectacle d’une heure trente s’adresse aussi bien aux grands qu’aux enfants. Comme son titre l’indique, il est composé d’une série de brefs morceaux qui ont pour ambition de distraire l’œil et parfois faire sourire.
Artiste à la formation diversifiée ayant commencé par le cirque et le mime, il y a au final du magicien chez Decouflé qui rappelle un de ses maîtres, l’Américain Alwin Nikolais. Il a également tiré profit de son passage chez Merce Cunningham, n’en déplaise aux tenants de la « modern, dance » pure et dure.
Les sept interprètes des Nouvelles pièces courtes sont rompus à tout faire. Ils sont certes danseurs, mais aussi pantins et acrobates, d’une souplesse corporelle hallucinante. Certains d’entre eux produisent leur propre musique avec leur voix, une flûte, un piano. L’emploi de la vidéo permet des effets divertissants d’optique, notamment de multiplier les corps qui grandissent, rétrécissent, rampent, finalement s’envolent et de faire naître des créatures animales ou géométriques.
Une pièce baptisée Le trou laisse entrevoir avec un seul danseur ce qui était caché et fait de la lumière sur le vide « pour observer l’envers du monde ou le monde à l’envers » commente le chorégraphe. Une autre titrée,Vivaldis est prétexte à des variations dansées, humoristiques et légères, sur la musique vive et lumineuse du Prêtre Roux. Deux pièces font elles référence au monde réel : l’une tourne au pastiche du clip vidéo des consignes de sécurité aux voyageurs d’Air France et l’autre se moque gentiment de d’un Japon actuel qui peut être kitch et d’un extrême raffinement.

Salle Jean Vilar de Chaillot : jusqu’au 12 janvier 2018, du 20 avril au 10 mai 2018, places 37 € ;

En tournée Brest, 14-17 janvier , Antibes, 25 -27 janvier, Sète, 31 janvier
Blagnac, 21-24 mars , Sceaux, (Les Gémeaux) 5 et 8 avril

Photo ©Laurent Philippe

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.