Accueil > Ruy Blas de Victor Hugo

Critiques / Théâtre

Ruy Blas de Victor Hugo

par Marie-Laure Atinault

Un Ruy Blas, haut en couleur, plein de cris et de fureurs, de danses et de comédie. On adore !

Partager l'article :

Les roulottes sont installées en rond autour du feu. C’est le temps des guitares et des contes. Un cercle au centre du bivouac, va devenir le lieu du jeu. Qui sont-ils des gitans, des saltimbanques, un peu des deux. L’un d’entre eux se lève, il prend un large manteau et commence. IL a pris la main, comme les catcheurs lorsqu’ils entrent sur le ring. Il devient Don Salluste. C’est un grand d’Espagne tout puissant pour cette nuit encore, avant que Madrid apprenne sa disgrâce. Il écume de rage, la Reine vient de l’exiler car il refuse d’épouser l’une de ses femmes qui est enceinte de ses œuvres. Il veut se venger. L’outil de sa vengeance est tout désigné : son cousin Don César. Ce dernier a beau être grand d’Espagne, les subtilités de la cour ne sont pas pour lui, c’est un aventurier flamboyant, toujours entre deux aventures, deux cachots. Don Salluste lui propose d’être le bras armé de sa vengeance contre une bourse bien pleine. Mais Don César refuse de se venger d’une femme. Furieux Salluste l’envoie aux galères et là son laquais arrive. IL est bien fait de sa personne, à des manières. Il sera Don César de Garofa. Ruy Blas est amoureux de la Reine. Ruy Blas a du cœur et de l’honneur.

Victor Hugo écrit ce drame romantique en alexandrin en 1838. Des vers inoubliables, des personnages hauts en couleur. Il va du drame à la comédie pour finir en tragédie. Cette explosion des codes et des genres est jubilatoire. En cela, le spectacle que nous voyons respecte totalement le vœu de l’auteur.
Roch-Antoine Albaladejo a désiré faire ce spectacle comme si nous nous arrêtions au bord d’une place d’un village et que finalement les voyageurs décident de nous donner la comédie, aux sons des guitares.

Les comédiens jouent chacun plusieurs rôles, un chapeau à larges bords, un manteau enveloppant comme une nuit sans lune, les voix qui changent et le tour est joué. La troupe se jette dans ce projet excitant. Il faut dire que cette œuvre est faite pour le bonheur des comédiens tant les rôles sont taillés avec art. Ruy Blas est un drame populaire, on aime détester Don Salluste, le rôle est magnifiquement tenu par Roch-Antoine Albaladejo. On aime la désinvolture et le charme de Don César, composé ici par Gilles-Vincent Kapps, qui est décidément un comédien de haut niveau. On aime la pureté et le courage de Ruy Blas, Maxime Larouy, qui nous souhaite un bon appétit avec panache. La reine, morte d’ennui, ressuscitée par l’amour, est campée par Mélanie Le Duc, une comédienne de sang royal sans aucun doute.

Au début du spectacle nous étions dubitatifs, (et si mal assis) mais le projet est bien réfléchi, articulé. Le spectacle est à la fois truculent, efficace, très bien mené. Un vrai spectacle populaire. Roch-Antoine Albaladejo et sa troupe nous emportent dans l’histoire palpitante d’un ver de terre et d’une étoile.

Ruy Blas
Un conte poético-dramatico-musical-festif
De Victor Hugo
Mise en scène Roch-Antoine Albaladejo
Dramaturgie Léonard Matton
Avec, Roch-Antoine Albaladejo, Noémie Daliès, Gilles-Vincent Kapps, Laurent Labruyére, Estelle Kitzis, Maxime Larouy, Mélanie Le Duc, Jacques Poix-Terrier
Festival Avignon Off 2017 Espace Roseau Teinturiers à 22h
Tél : 04 90 03 28 75 jusqu’au 30 juillet 2017

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.