Accueil > Quoi de Marc Vittecoq

Critiques / Théâtre

Quoi de Marc Vittecoq

par Corinne Denailles

des idées passées à la moulinette

Partager l'article :

Certains se souviendront peut-être de l’inénarrable spectacle Robert Plankett (2010) par la compagnie La vie brève, mis en scène par Jeanne Candel. Quoi est une nouvelle production de ce collectif mais mise en scène par un autre de ses membres, Marc Vittecoq. Quoi fonctionne sur les même principes qui sont un peu leur marque de fabrique : improvisations et écriture collective. Formellement le spectacle est formidable d’invention mais reste à la surface des choses, en deçà du propos politique plus ambitieux que l’on devine. Vittecoq fait exploser la pensée comme une bombe à fragmentations et ne nous aide pas à en reconstituer le fil et à dissiper une certaine confusion.
S’il lui manque peut-être l’architecture souterraine plus structurée de Robert Plankett, Quoi s’aventure sur des voies audacieuses : les comédiens jouent l’improvisation dont ils brouillent constamment les frontières. Ils jouent aussi sur des effets de rupture, changent brusquement d’orientation, se détournent de fugitives amorces, s’arrêtent comme en manque d’inspiration, puis repartent sur une autre piste. Ils jouent à être dedans et dehors, commentant leurs prestations ; quand aux spectateurs ils ont juste le droit d’assister à leur pseudo work in progress, dans une salle qui restera constamment allumée. Les comédiens sont assis sur les gradins, et se lèvent tour à tour pour investir la scène et c’est comme si on n’était pas là, invisibles voyeurs de leur travail. Les scènes les plus hétéroclites s’enchaînent où il est globalement question du monde du travail, de la famille, de l’intime, du social, souvent sur un mode complètement absurde et drôle, telle la scène du serment de douleur échangé entre deux ados marseillais impayables ou la "conversation" téléphonique entre un prostitué et une cliente, ou encore la brève et inattendue irruption de Tchékhov. Les comédiens sont tous excellents dans cet exercice de funambule, avec une mention particulière pour les filles, plus physiques, plus en mouvements et qui déploient une belle palette expressive. Un spectacle singulier et déroutant, drôle et malin.

Quoi Mise en scène, écriture Marc Vittecoq. Jeu, écriture collective Caroline Darchen, Margot Alexandre, Tamaïti Torlasco, Jean-Baptiste Azéma, Nans Laborde-Jourdaa, Raphaël Defour. Lumière Fabrice Ollivier. Une création de La vie Brève. Au théâtre de la cité internationale jusqu’au 24 octobre, lundi, mardi, vendredi à 20h30, mardi, jeudi et samedi à 19h30. durée : 1H30. Tél : 01 43 13 50 50.
www.theatredelacite.com

Photo Marc Vittecoq

Tournée
janvier 2016 Théâtre de Vanves

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.