Accueil > Pulsions de Kyan Khojandi et Bruno Muschio

Critiques / Comédie & Humour

Pulsions de Kyan Khojandi et Bruno Muschio

par Marie-Laure Atinault

Ne résistez à votre pulsion, allez voir Kyan Khojandi, ce looser est un battant !

Partager l'article :

Soyons précis Kyan Khojandi n’est pas breton. Il tient son nom, avec plein de K, de son père iranien et de sa mère picarde.
Soyons concis, Kyan Khojandi est formidable dans le film Rosalie Blum de Julien Rappeneau. On ne le voit plus comme un homme de télévision mais comme un comédien (ce qu’il est depuis longtemps).
Soyons sobre, son spectacle Pulsions est un rendez-vous à ne pas rater.
Bref, en un mot comme en cent, Kyan Khojandi est le non héros de Bref. Difficile de ne pas évoquer le programme fort court et ingénieux qui l’a fait connaître sur Canal+. Le ton de Bref fût maintes fois copié mais jamais égalé.
L’épreuve de la scène est un exercice où l’on peut se brûler les ailes mais, en ce qui concerne Kyan Khojandi, il s’agit d’un nouvel envol. Des centaines de spectateurs sont prêt à faire le voyage avec lui. Car il s’agit bien d’un voyage en terre de Kyan. Il a l’art de mettre en avant les évidences, les petits gestes insignifiants de la vie mais qui tout d’un coup nous horripilent. Observateur, entomologiste d’une génération, à sa façon, Kyan Khojandi est un philosophe. Avec son air de Nounours en peluche qui est tombé du lit, il attire une immédiate sympathie. Mais attention, il est sans pitié pour les irréductibles crétins qui n’éteignent pas leur portable pendant le spectacle. Et ça fait du bien ! Ne croyez pas que ce spectacle n’est pas pour vous si vous n’avez pas vu ces pastilles d’humour que sont les Brefs. Il ne s’agit pas d’une secte, mais vous aurez envie de faire un tour sur internet pour faire du rattrapage. La force de Kyan Khojandi est qu’il nous parle de nous en parlant de lui. Il nous raconte sa vie, ses passions torrides avec une petite amie absente, sa transformation physique grâce à la course à pied, et son écoute de ses pulsions. Il est très important de savoir écouter ses pulsions. Regardez les enfants lorsqu’ils jouent, ils courent à perdre haleine, ils sautent ! Mais nous laissons au professeur ès pulsions faire sa brillante démonstration. Il parvient à nous faire rire avec l’enterrement de son père, sans utiliser un humour trash. Au contraire. On rit beaucoup. Ce comédien est à suivre, il recèle des trésors d’humanité, de tendresse. Le final est dans la droite ligne des Brefs, et franchement si vous n’êtes pas ému, restez chez vous, vous ne méritez pas ce spectacle.

Pulsions écrit par Kyan Khojandi et Bruno Muschio
A l’Européen 5, rue Biot 75017 Paris jusqu’au 28 mai 2016

Crédit photo : Lisa LESOURD

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.