Accueil > Pour l’amour du Fisc

Critiques / Comédie & Humour / Festival

Pour l’amour du Fisc

par Marie-Laure Atinault

Payer or not payer vos impôts ? Vous saurez tout avec cette comédie rondement menée !

Partager l'article :

Ah les impôts ! Quel tourment ce racket étatisé. Il est l’objet de bien des conversations. Il faut se méfier des contrôleurs des contributions, n’oublions jamais que Al Capone tomba à cause de ses impôts. Dans la nouvelle comédie des auteurs de « Bon Anniversaire Mon Amour », quatre non héros sont plongés dans les méandres du monde impitoyable du Fisc ! Bonnes gens tremblez…. De rire !

Un ministre qui détourne l’argent public, une Maîtresse-Femme qui a l’âme de Cosette, une fonctionnaire amoureuse et un frère gênant, voilà les personnages d’une fiction qui nous rappelle bizarrement les faits divers de la dernière campagne !

Bernadette (Cécilia Hornus) est directrice des impôts. Cet as du timbre fiscal, répète consciencieusement ses cours d’espagnol. Elle a accepté de recevoir en consultation privée Tatiana (Elisabeth Vitali). Cette dernière tombe des nues, elle doit payer des impôts ! Mais pourquoi tant de haine. Tatiana est du genre Cigale, avec un fouet. En somme, Tatiana est Maîtresse-femme dominatrice. Elle a une très belle clientèle et parmi ses habitués un Monsieur très, très important. C’est lui qui a arrangé le rendez-vous. Pour être arrangée, la pauvre Tatiana va être arrangée, mais pas comme elle le pensait. Bernadette est terrible. Mais sous l’armure de la fonctionnaire intransigeante, se cache une femme amoureuse du beau Denis qui n’est autre que le Ministre des finances. Pour lui, elle détourne de l’argent. Tout se complique avec l’arrivée du frère de Bernadette. Yves (Thierry Ragueneau) est un homme d’affaire véreux, mais très sympathique. Tatiana est sous le charme. Ce quadrille amoureux danse la gigue de l’escroquerie. C’est à celui qui trouvera le moyen de détourner de l’argent, de gruger, d’escroquer. Denis rêve de devenir président, c’est pour cela, pauvre lapin qu’il a besoin d’argent.

Amour, gloire, pouvoir et argent, voilà l’hymne de nos personnages.
Pour l’Amour du FISC est une bonne comédie qui ne trompe pas son monde. Les auteurs Corinne Hyafil et Thierry Ragueneau ont écrit cette pièce qui, au fil de la vie politique prenait toute sa saveur. La réalité dépasse parfois la fiction ! Ils croyaient trop en faire mais les hommes et femmes politiques écrivaient de nouvelles scènes ! Cette bonne comédie épingle, avec esprit, ce monde impitoyable, où l’argent, le sexe, et le pouvoir tourneboulent ce petit monde.

Chaque protagoniste a sa musique, son petit tic et sa face cachée. La mise en scène très efficace de Stéphane Druet, utilise des sons de cartoons. Beaucoup de fantaisie au programme de cette comédie. La scénographie d’Olivier Probst a su composer entre le réel et la farce. Les portes claquent, et les rires fusent. Ce quatuor est tout simplement épatant de drôlerie.

Elisabeth Vitali en Maîtresse-femme dominatrice fait beaucoup d’effet. Son regard de petite fille incomprise, puis son autorité de maîtresse composent une Tatiana attachante. Cécilia Hornus est la vilaine directrice des finances publiques, mais sous l’armure de la fonctionnaire se cache le cœur d’une midinette. Thierry Ragueneau joue avec un plaisir évident ce magouilleur professionnel. Qui n’a pas vu Jean-Charles Chagachbanian dans son pyjama n’a rien vu !

Pour l’Amour du FISC
Une comédie de Corinne Hyafil et Thierry Ragueneau
Mise en scène Stéphane Druet
Scénographie Olivier Probst, costumes Denis Evrard
Avec : Cécilia Hornus, Jean-Charles Chagachbanian, Thierry Ragueneau, Elisabeth Vitali
Festival Off Avignon 2017
Espace Roseau Tél : 04 90 25 96 05 à 20h10 jusqu’au 30 juillet

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.