Accueil > Partisans

Critiques / Théâtre

Partisans

par Gilles Costaz

Ceux qui résistent

Partager l'article :

On connaît toujours trop mal l’Histoire. François Bourcier a eu la bonne idée de proposer à Régis Vlachos d’écrire une pièce sur la réunion du Conseil national de la Résistance, le 27 mai 1943. Dans un lieu secret de Paris, Jean Moulin, en accord avec de Gaulle, a donné rendez-vous aux représentants de toutes les forces qui participent ou peuvent participer à la lutte contre l’occupant : les organisations secrètes, les syndicats et les partis politiques. Ce sera la seule réunion de cette nature qu’aura jamais connue le CNR. La répression allemande, l’exécution de Jean Moulin et les changements de stratégie ne permettront pas qu’une rencontre aussi risquée se reproduise. Régis Vlachos a pris comme uniques personnages des délégués des partis politiques, mais des seconds couteaux. Des anonymes, et non de grands noms historiques.
Ils sont trois dans un hall, ils accompagnent les responsables qui discutent dans la salle d’à côté. Eux sont jeunes, inexpérimentés, passionnés. L’un d’eux est membre du Parti communiste, une jeune femme appartient à la SFIO (Parti socialiste), un troisième à la droite nationaliste non collaborationniste. Rien ne filtre des discussions dont on devine le brouhaha. Les trois délégués font connaissance, justifient leur engagement et règlent quelques comptes. D’un parti à l’autre, d’un tempérament à l’autre, les attitudes divergent. Les conflits feutrés rapprochent ces combattants de l’ombre en cette soirée unique. Leurs discussions préparent la réflexion et les projets qui doivent mener à la France de l’après-guerre.
François Bourcier a parfaitement réussi le climat : le moment est trouble, secret, tendu, fait de l’action qui a lieu devant nous et de ce que nous ne voyons pas. Son excellente mise en scène est servie par d’excellents acteurs : Lucie Jousse campe avec finesse la socialiste aux raisonnements d’un grande habileté, Jean-Hugues de Courtassol trace avec sûreté le trajet intérieur du communiste qui va de ses visions dogmatiques à une compréhension plus ouverte et Matthieu Hornuss humanise avec justesse l’homme de droite en qui se bousculent la raideur des principes et la noblesse des sentiments. Parfois, le dialogue, qui entraîne les trois personnages dans un beau mouvement d’éloignement et de rapprochement, est un peu théorique. Mais un instant d’Histoire est saisi, avec brio.

Partisans de Régis Vlachos, idée originale et mise en scène de François Bourcier, lumière d’Antonio de Carvalho, costumes de Gaël Yannic, recherche discographique de Rémi Castiglia, avec Jean-Hugues Courtassol, Matthieu Hornuss et Lucie Jousse.
Lucernaire, 21 h 30, tél. : 01 45 44 57 34, jusqu’au 15 juin. (Durée : 1 h 25).

Photo Extérieur 2 CR Strauss

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.