Accueil > Orchestre Titanic de Hristo Boytchev

Critiques / Théâtre

Orchestre Titanic de Hristo Boytchev

par Gilles Costaz

Attente sur un quai de gare

Partager l'article :

Ils sont quatre à attendre un train qui les emporterait vers un lieu moins sinistre que celui dans lequel ils croupissent et boivent pour passer le temps. La gare où ils se languissent n’est pas tout à fait désaffectée : les trains passent mais ne s’arrêtent pas. Ces quatre oisifs ont eu des vies exaltantes : il y a là un ancien chef d’orchestre et sa compagne, un ex-cheminot et un montreur d’ours sans ours. Arrive quand même une sorte de magicien qui redonne confiance à chacun, un bluffeur charmant : il sait tout faire, il fait de petits miracles sans efforts, il promet de tout résoudre...
Hristo Boytchev est un auteur bulgare qui ne nous est pas tout à fait inconnu. Didier Bezace a monté son Colonel oiseau (sa pièce la plus célèbre, jouée dans de nombreux pays, portée à l’écran). C’est un écrivain qui s’inscrit à la fois dans l’illogisme comique des pays de l’Est et dans l’absurde. D’ailleurs, Philippe Lanton place sa mise en scène sous le signe du Beckett d’En attendant Godot et des Marx Brothers. Son spectacle, aidé par les trouvailles de la scénographie d’Yves Collet, ne manque pas d’idées mais c’est la pièce qui en manque. Comment traduire ce vide trop vide, ce vide qui n’est pas assez philosophique ? Lors des premières représentations, Olivier Cruveiller, dans le rôle de l’étrange magicien, savait être drôle et mystérieux. Ses partenaires, Evelyne Pelletier, Bernard Bloch, Philippe Dormoy et Christian Pageault, ne manquaient pas de truculence mais semblaient chercher un style que la mise en scène ne définissait pas suffisamment. Une façon de réinventer l’absurde aujourd’hui restait à trouver.

Orchestre Titanic de Hristo Boytchev, traduit du bulgare par Iana-Maria Dontcheva (éditions L’Espace d’un instant), mis en scène par Philippe Lanton, assistante mise en scène Emilie Prévosteau, conseiller illusion Nicolas Hédouin, scénographie et lumière d’Yves Collet assisté de Christelle Toussine, son deThomas Carpentier, costumes de Raffaëlle Bloch, fabrication du décor Franck Lagaroje, avec Bernard Bloch, Olivier Cruveiller, Philippe Dormoy, Christian Pageault, Evelyne Pelletier.

Théâtre de l’Aquarium, cartoucherie de Vincennes, tél. : 01 43 74 99 61, jusqu’au 5 février. (Durée : 1 h 15).

Photo Patrick Berger.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.