Accueil > Onomatopée, création collective

Critiques / Théâtre

Onomatopée, création collective

par Jean Chollet

Propos de garçons de café

Partager l'article :

Cinq compères, issus de quatre compagnies flamandes et néerlandaises bien connues, (tg STAN, de Koe, Dood Paard, Maatschappij Discordia), se sont réunis dans un collectif qui aborde de manière hybride les problématiques et les limites des langages. Crée en 2007, le spectacle est repris aujourd’hui dans une version française (et autres langues européennes) dans le cadre du Festival d’automne. Devant un cloisonnement de papier, percé d’une baie à deux battants, et surmonté un temps d’un calicot annonçant “ La disparition de l’élan des jours de l’environnement néo libéral que la société est (après tout) devenue à présent ”, les comédiens, clopes au bec, vêtus de vestes blanches de serveurs aux épaulettes dorées, mettent à mal, dans une filiation d’esprit dadaïste, les conventions linguistiques et esthétiques conformistes établies. Ils devisent ou échangent dans la banalité de leur quotidien, autour d’un thé marocain à la menthe, en ouvrant sur des considérations et divagations diverses et variées, à l’aide de langages articulés, de sons ou cris d’animaux, dont les têtes naturalisées (élans, vaches…) finissent par traverser le décor. Tout en savourant le plaisir d’être ensemble, ou s’interrogeant sur l’opportunité d’être là en disposant de la possibilité “d’aller dehors ”. Ces ponctuations sonores entrainent des situations improbables issues de mouvements, maladresses et enchevêtrements des corps et d’objets usuels hétéroclites, qui attestent de la virtuosité théâtrale des comédiens et constituent une certaine perception du monde, disjonctée, cocasse ou réjouissante. L’ensemble, sous lequel apparaissent quelques constatations sociétales, produit une articulation de nombreuses images, qui ne sont pas sans côtoyer la théorie avant - gardiste de l’écrivain, plasticien et photographe viennois, Raoul Hausmann (1886-1971), sur l’Optophonétique. Au final, le public est invité à prendre place de l’autre côté du décor arraché, pour un bref épilogue, composé de lectures de cinq beaux poèmes, placés, en forme de clin d’œil, sous le signe de la ” légèreté idéale” qui toutefois ne constitue pas la qualité majeure du spectacle.

Onomatopée, de et avec Gilles Biesheuvel, Damiaan De Schrijver, Willem de Wolf, Peter Van den Eede, Matthias de Koning. Durée 1 heure 45. Dans le cadre du Festival d’Automne, Scène Watteau – Nogent-sur-Marne,

Théâtre de la Bastille du 19 octobre au 6 novembre 2015. Théâtre Garonne Toulouse du 3 au 5 décembre 2015.

Photo©DR

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.