Accueil > Nina, des tomates et des bombes de Marie-Claire Neveu et Nicolas (...)

Critiques / Comédie & Humour

Nina, des tomates et des bombes de Marie-Claire Neveu et Nicolas Bazin

par Gilles Costaz

Un charme funambulique

Partager l'article :

Vaut-il mieux lancer de tomates ou des bombes ? Nina, à l’allure chic – tout en noir, jusqu’au chapeau – corrigée par un nez de clown intermittent, lance les unes et les autres sur le monde d’aujourd’hui. Mais c’est une drôle d’incendiaire. D’un ton charmant, d’une douce voix, elle s’étonne plus qu’elle n’attaque. Après avoir porté un masque pour jouer un instant un grand capitaliste au discours retors, elle redevient elle-même, candide, lunaire, pour conter son voyage d’un bout à l’autre d’un quartier du globe. Elle a vu de curieuses gens, de curieuses choses. Rien de ce qu’elle conte n’est tout à fait emprunté à l’exacte actualité, mais cela y ressemble. Nina s’interroge sur un Erythréen ou sur la divinité appelée Science infuse ; elle examine le Congo pour y voir tous les malheurs qu’on peut infliger aux hommes et à la nature, elle s’étonne de tous les produits qui peuvent composer un shampoing sans qu’on se soit posé la question de la santé et de l’environnement… Les bombes et les tomates n’explosent pas : c’est l’humour qui décompose doucement ce que d’autres contempteurs tentent de détruire avec fracas. Les bombes de Marie-Claire Neveu sont d’une fragmentation très délicate.
Marie-Claire Neveu et Nicolas Bazin, qui ont écrit conjointement ce show pour femme seule, ont toujours l’air d’être à côté de la plaque. C’est qu’ils savent regarder et écrire avec un certain décalage, une distorsion fantaisiste, une distance malicieuse. Ils sont, en fait, en plein milieu des plaques dont le mouvement travaille l’écorce terrestre et humaine. Ils s’amusent à ne pas souligner la gravité de ce qu’ils évoquent pour mieux en faire percevoir la folie, ils jonglent avec les drames d’aujourd’hui comme s’ils n’étaient que des jeux d’enfants pour donner à notre regard une nouvelle fraîcheur.
Seule en scène, Marie-Claire Neveu est toute innocence, toute gentillesse dans ce voyage sur la carte de l’injustice, de l’oppression et du massacre. La voix est acidulée, le sourire plein d’enfance. Marie-Claire Neveu se promène dans un monde sournoisement criminel avec l’air d’Alice au pays des merveilles. Rien ne va, semble-t-elle dire, sauf le plaisir de tendre un fil au-dessus des erreurs des hommes jusqu’à trouver, peut-être, un point d’enchantement. Sa nature, son jeu et ses raisonnements funambuliques lui donnent une originalité, faite d’une sensibilité que peu d’autres artistes peuvent revendiquer dans cet univers du show-biz satirique.

Nina, des tomates et des bombes de Marie-Claire Neveu et Nicolas Bazin, mise en scène de Nicolas Bazin, avec Marie-Claire Neveu. (Le spectacle vient d’obtenir le prix Découverte du Fonds SACD Humour).

Essaïon, les jeudi, vendredi et samedi 21 h 30, tél. : 01 42 78 46 42, jusqu’au 21 janvier. (Durée : 1 h 15).

Photo Christophe Huguenet.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.