Accueil > Liberté ! (avec un point d’exclamation) de Gauthier Fourcade

Critiques / Théâtre

Liberté ! (avec un point d’exclamation) de Gauthier Fourcade

par Gilles Costaz

Le comique de l’indécision

Partager l'article :

Gauthier Fourcade, dont les cheveux grisonnants partent en une étrange vague latérale – ce qui renouvelle sérieusement l’image du savant Cosinus, du chercheur ahuri et lunaire -, se situe dans la comète des Devos, Avron, Farré, Roca chez lesquels un glissement de sens en cache toujours un autre. Il prend les mots au piège mais chaque mot est un piège. Pour ne pas appeler son spectacle « Libre choix », ce qui sonnerait mal mais qui correspond au thème de la soirée, il a préféré retenir le terme de Liberté ! et le faire suivre de cette précision blagueuse : (avec un point d’exclamation). Car la liberté, plus on la proclame, plus elle échappe. C’est le problème du héros fourcadien qui sort d’une grande malle fermée et affronte les difficultés du monde – quitte à retourner d’urgence chercher protection dans le coffre. Partant pour Rome, la vraie Rome ou le forum, il doit choisir entre deux couleurs puis entre deux femmes. Il hésite sans cesse et, en intellectuel maladroit, veut s’accrocher à un certain nombre de notions. Mais, à chaque fois, il est à un carrefour de la pensée et du vocabulaire. Il trouve des solutions comme de ne jamais tourner qu’à droite ce qui finit toujours par vous mettre sur la voie de gauche, mais tout se complique au lieu de simplifier. L’indécision et l’hésitation le font voyager d’une impossibilité à une autre jusqu’à ce qu’in extremis, le bonhomme saute de « faire la moue » à « faire l’amour », du peut-être à une possible certitude.
On connaît depuis longtemps Gauthier Fourcade, l’auteur-acteur du Secret du temps plié, grand jongleur du verbe. C’est un maître du jeu de vocables, c’est aussi un acteur qui sait changer de ton, englober son soliloque dans des accès d’humeur, d’égarement et de confusion. Comme tous les vrais clowns du verbe, c’est lorsqu’il semble perdre pied que son langage en déroute retombe admirablement sur ses pattes. Avec l’entrée en jeu de William Mesguich comme metteur en scène, son théâtre gagne sur le plan visuel et scénique. Fourcade est davantage dans la dualité entre la situation concrète et le cheminement abstrait. Et la clownerie n’en est que plus éveillée et éveillante.

Liberté ! (avec un point d’exclamation) de Gauthier Fourcade, mise en scène de William Mesguich, avec Gauthier Fourcade.

Manufacture des Abbesses, 21 h du jeudi au samedi, 16 h dimanche, tél. : 01 42 33 42 03, jusqu’au 5 novembre. (Durée : 1 h 15). Texte aux éditions Les Presses littéraires.

Photo Pierre François.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.