Accueil > L’inversion de la courbe de Samuel Valensi

Critiques / Théâtre

L’inversion de la courbe de Samuel Valensi

par Corinne Denailles

Les ravages du déclassement social

Partager l'article :

Envahis par un flot continu d’informations, de données, d’un réseau social à un autre, d’une application à une autre, nous avons perdu le sens de la concentration et de la réflexion en roue libre, de la rêverie inutile et pourtant si féconde. On croit avoir gagné des espaces de liberté alors que nous sommes prisonniers d’injonctions plus ou moins subliminales. La vie professionnelle essore les individus souvent réduits à leur seule valeur marchande et qu’on jette comme des kleenex après usage. Productibilité, rentabilité à tous les étages, à tous les niveaux de la société, éducation et culture comprises.

On nous parle d’inversion de la courbe du chômage, ici il est question d’inversion de la courbe de croissance d’un jeune cadre, qui à force de se plier aux modèles de réussite qu’on attend de lui, est arrivé à un sommet professionnel brutalement indépassable, alors qu’il était construit intérieurement pour repousser inlassablement ses limites et son potentiel de rentabilité, soumis volontairement aux rythmes infernaux, aux comptes de tout et de rien, aux injonctions de productivité, de dépassement de soi proférées par son coach et son patron. Et voilà qu’un beau jour, le premier en tout est dépassé par un plus premier que lui, dépassé par un piège imprévu : de trop bonnes performances tuent les performances. Ajouté à cette brutale et humiliante déconvenue, un malheur personnel, et c’est l’inversion de la courbe de sa vie, la dégringolade jusque dans le caniveau au cours de laquelle, en accéléré, tous le lâchent. Plus d’amis, auxquels on n’ose rien avouer (le déclassement serait une maladie honteuse qu’il faut cacher), plus de travail, plus d’argent, plus de quoi payer le crédit de l’appartement. Même s’il retrouve du travail, celui-là sera marqué à vie par « la sensation du bord du trottoir », expérience traumatisante indélébile.

Au centre de la scène un vélo, symbole de l’entraînement à outrance et de la compétitivité ; la métaphore associe le parcours du cycliste à celui du jeune cadre dynamique, fait de montées, de sprints, de faux-plats, d’accélérations, de dépassement de la « zone de confort » pour une course en avant infinie jusqu’à la chute. Au fil de la narration à la première personne, le personnage principal, Paul Eloi Forget (les acteurs ont gardé leur nom d’état-civil) raconte son histoire ; son récit est émaillé des scènes évoquées, tout s’enchaînant rapidement. Les situations sont parfois esquissées comme un peintre croque au vol une scène et cela pourrait donner une opportune impression de vertige et d’intensité si par ailleurs, certaines scènes, trop longues, ne venaient casser le rythme ; autour de Paul Eloi Forget, les acteurs Michel Derville, Alexandre Molitor et Maxime Vervonck jouent tous les rôle avec une belle énergie, amis, conseillère bancaire, patron, coach, agent immobilier, ingénieur en database, père, etc.

Il faut souligner la singularité du spectacle proposé par Samuel Valensi qui en a assuré l’écriture et la mise en scène. Il explique que « pour comprendre le parcours qui mène du bureau à la rue, nous nous sommes invités dans les cours de sport collectif fréquentés par les cadres en ébullition et sommes allés à la rencontre des Petits Frères des Pauvres lors d’ateliers ou d’entretiens où certains nous ont raconté leurs parcours. [ …] Côté production, nous voulons garantir un quota de places gratuites et réservées : aux personnes soutenues par l’association des Petits Frères des Pauvres ; aux allocataires du revenu de solidarité. Nous souhaitons, au travers de cette action, croiser les publics, provoquer les rencontres et, nous l’espérons, faire naître des solidarités ».
Un beau projet, un spectacle ancré dans le réel qui interpelle le public sans aucune intention de moralisation ni de jugement, dans un esprit d’ouverture, une tentative artistique réussie non dénuée d’humour pour parler du monde dans lequel on vit, pour inciter chacun de nous à renouer avec les notions d’empathie et de bienveillance, en toute lucidité.

L’inversion de la courbe. Ecriture et mise en scène Samuel Valensi. Avec Paul Eloi Forget, Michel Derville, Alexandre Molitor et Maxime Vervonck. Scénographie Julie Mahieu ; lumières, Anne Coudret ; vidéo, Alexandre David ; musique, Léo Elso et Samuel Valensi. Au théâtre de Belleville, le dimanche à 20h30 et le lundi à 21h15 jusqu’au 26 février.
Résa : 01 48 06 72 34 • reservations theatredebelleville.com
© Lionel Blancafort

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.