Accueil > Les Petites Reines de Clémentine Beauvais

Critiques / Jeune Public / Théâtre

Les Petites Reines de Clémentine Beauvais

par Corinne Denailles

Mireille et les "boudinettes"

Partager l'article :

Au départ un livre réjouissant de Clémentine Beauvais qui fustige avec humour et impertinence le harcèlement sur internet plus largement l’exclusion et la stigmatisation sous toutes ses formes (handicap, mocheté physique et par extension toutes différences étrangères au modèle dominant). Ça commence avec une méchante mauvaise blague lancée sur Facebook par un vilain garnement qui a inventé le prix du boudin attribué dans un collège avec médailles olympiques. Mirelle Laplanche vient d’être détrônée du boudin d’or ; elle décide de faire la connaissance des nouvelles élues, Hakima et Astrid. Parce que chacune a ses raisons, elles décident d’aller à Paris pour la garden-party du 14 juillet à l’Elysée : Mireille espère y retrouver son père biologique, Astrid son groupe de musique préféré Indochine, invité pour l’occasion, Hakima dire son fait au général responsable du handicap de son frère Kader qui les accompagne ; ce sera à vélo qu’elles parcourront les quelque 400 kms qui séparent Bourg-en-Bresse de Paris. Et pour gagner un peu de sous, et parce qu’ils ne manquent pas d’esprit, les trois mousquetaires (qui sont bien quatre) vendront du boudin aux étapes, suivis par une journaliste (Rachel Arditi, très drôle, interprète aussi la mère de Mireille) qui fait le « buzz » afin de créer l’événement à coups de « hashtags » et de « followers » dont le nombre enfle de jour en jour.

La mise en scène de Justine Heynemann est enlevée, rythmée, pleine de peps ; après quelques scènes de mise en place, les trois filles pédalent sur des vélos aux couleurs fluo devant un paysage qui défile en projection vidéo sur la toile de fond.
L’excellente Manon Combes interprète Mireille, personnage leader, audacieuse, reine de l’autodérision, de la répartie qui claque ; elle est bourrée de complexes, souffre d’un déficit d’estime d’elle-même malgré son entrain infatigable. Barbara Bolotner est Astrid, la fan d’Indochine dont elle interprète joliment le célèbre titre L’aventurier, gaffeuse, toujours prompte à s’arrêter pour faire une pause. La petite Hakima est interprétée par Justine Bachelet ; traumatisée par une terrible histoire familiale, solitaire, elle a peur de tout, s’excuse d’exister, parle par citations de sa prof de SVT sur un ton monocorde, dénuée de toute énergie jusqu’à ce qu’enfin elle parvienne à se libérer, en faisant exploser sa colère. Le trio pétulant accompagné par Kader, le talentueux Sylvain Sounier, nous mène par le bout du nez du rire à l’émotion dans leur véritable de croisade pour le féminisme, la liberté d’exister et contre les préjugés. Nuançant à sa façon la célèbre déclaration de Simone de Beauvoir, Mireille explique à Hakima « Le féminisme c’est l’idée qu’on ne naît pas femme, on le devient. Et que c’est un peu la merde de le devenir dans un monde où les mecs en sont encore à faire des concours de boudins ».
Un spectacle très réussi, bien écrit, intelligent, enjoué et grave interprété par une équipe d’acteurs épatants.
Le soir où nous y étions, nous avons bénéficié, après le spectacle, d’un magnifique et délicieux buffet élaboré sur le thème de la roue par les jeunes apprentis de l’institut médico-éducatif "Le tremplin" à Bobigny avec lequel le théâtre mène un fructueux partenariat.

Les Petites Reines de Clémentine Beauvais ; adaptation Justine Heynemann et Rachel Arditi. Avec Rachel Arditi ou Tiphaine Gentilleau, Justine Bachelet Barbara Bolotner, Manon Combes, Mounir Magroum ou Sylvain Sounier. Scénographie, Camille Duchemin ; lumières, Grégoire de Lafond ; vidéo, Nuno Pires ; musique, Manuel Peskine ; costumes, Camille Ait Allouache. Au théâtre Paris-Villette jusqu’au 11 février 2018 ; jeudi et vendredi à 19h, samedi à 17h, dimanche à 15h30 ; séances scolaires 6 et 8 février à 14h30. Durée : 1h15. A partir de 10 ans. Résa : 01 40 03 72 23.
www.theatre-paris-villette.fr

Texte aux éditions Sarbacane

© Cindy Doutres

Tournée
13 mars à Franconville (95)
15 mars à L’Hay-les-roses (92)
16 mars à Maison-Laffitte (78)
20 mars à saint-Quentin (02)
29-30 mars au théâtre du préau, Vire (14)
10 avril, Puteaux (92)
12 avril à Cormeille-en-Parisie (95)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.