Accueil > Les Histoires Sacrées de Giacomo Carissimi et Marc Antoine Charpentier

Critiques / Opéra & Classique

Les Histoires Sacrées de Giacomo Carissimi et Marc Antoine Charpentier

par Jaime Estapà i Argemí

Une réussite des chœurs de l’Opéra d’Angers Nantes. Et de l’Opéra d’Angers-Nantes tout court.

Partager l'article :

La Direction de l’Opéra d’Angers-Nantes a voulu depuis toujours, porter le spectacle lyrique hors les portes de ses théâtres. C’est ainsi qu’en 2009 elle a mis en place une tournée inattendue, étonnante : le bijou lyrique « Le petit matelot » de Darius Milhaud a été représenté plus de cent fois… dans des bistrots de la région, sans que l’on ait prévenu les clients auparavant ! Si les réactions des assistants furent des plus diverses, elles furent toujours positives !

En poursuivant sa volonté d’étendre la portée du lyrique, Angers-Nantes Opéra a mis en place cette saison un spectacle de musique sacrée de plus grande ampleur, consistant en trois oratorios mis en scène, joués et chantés par des solistes spécialisés dans le répertoire baroque et par les choristes de la maison.
Le spectacle sera présenté une quarantaine de fois, dans des églises, sanctuaires et collégiales de la région. La superbe cathédrale de Rennes l’a accueilli ce mercredi 4 novembre. Trois personnages bibliques ont partagé la vedette cette soirée : Jonas, le célèbre prophète avalé par la baleine pour avoir désobéi aux ordres divins par simple couardise, Jephté, le militaire, moins connu, vainqueur des Ammonites, bourreau de sa propre fille par fidélité à la parole donnée -situation à la limite du supportable-, et le bon apôtre Pierre, le premier Pape de l’église catholique selon la tradition, qui, pris de faiblesse, nia toute relation avec Jésus son maître, à un moment crucial de la passion : les évangélistes sont d’accord sur ce point.
Trois personnages donc, protagonistes de trois « histoires sacrées », qui marquent autant de moments forts de l’histoire biblique.

Giacomo Carissimi (1605-1674) et Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : maitre et élève.

Giacomo Carissimi est un auteur dont l’œuvre, et même la vie, sont très peu connues. Empruntant la forme artistique de l’oratorio, il a illustré bon nombre de personnages et de passages bibliques issus surtout de l’Ancien Testament tels que : Jephté, Jonas, Abraham, Isaac, Balthazar ou Salomon. Il est considéré comme le plus grand compositeur du XVIIe siècle par ses élèves, dont Marc-Antoine Charpentier bien plus connu que son maître aujourd’hui et auteur d’un répertoire plus abondant. Sa musique de scène, ses musiques sacrées ou ses opéras sont souvent joués en France depuis quelques années. Si l’on peut reconnaître la touche italianisante de son inspiration –et de sa technique-, sa musique est plus harmonieuse, plus riche, plus développée que celle de son prédécesseur ; le traitement vocal, en particulier, montre une plus grande maturité artistique. Les entendre dans la même représentation a été très intéressant, bien entendu.

Une performance du chœur d’Angers-Nantes Opéra.

Xavier Ribes peut, à juste titre, être satisfait de son travail et de ses artistes. Son chœur, principal protagoniste des trois oratorios, a été à la hauteur de la soirée. L’enjeu était de taille car les choristes, fins connaisseurs et excellents exécutants des œuvres des XXème et XIXème siècles, sont moins familiers de la musique baroque ; ajoutons que le transept de la spacieuse cathédrale de Rennes, n’offrait pas, loin s’en faut, les conditions idéales de la scène d’un théâtre. Malgré cela, à seulement quelques mètres des premiers spectateurs, bien dirigés dramatiquement par Christian Gagneron, ils ont caractérisé leurs personnages à la perfection.

Les solistes professionnels protagonistes des histoires, les choristes aux avant-postes.

La trahison de St. Pierre –l’andalou Francisco Fernandez Rueda- a été crédible, tant la pression de la servante (Natacha Piletta, artiste du chœur) l’accusant d’être ami du prisonnier Jésus, était prégnante. Ce moment de couardise de l’apôtre, tout à fait compréhensible compte tenu de la tension régnante après la détention de Jésus, a contrasté fortement avec la simple résignation de Jonas –Hervé Lamy, très convaincant- prêt à se sacrifier à bord du bateau en perdition afin de sauver ses compagnons de route et à se punir pour avoir offensé le Seigneur. Ni couard, ni résigné, Jephté –Herve Lamy impressionnant d’autorité dramatique et de maîtrise vocale- a fait preuve de courage et d’adresse en emportant la bataille contre les Ammonites ; il a montré aussi une belle intégrité morale (quelque peu déplacée si l’on peut dire) en ne se rétractant pas de la promesse faite à Dieu de sacrifier la première personne de sa suite qu’il croiserait à son retour en cas de victoire. Par manque de chance, cette personne ne fut autre que sa propre fille, personnage simplement désigné par le générique « Filia » dans le livret. Et ce rôle, magistralement joué par la soprane Hadhoum Tunc, dont la voix bien timbrée, et l’émission chaleureuse, ont rendu les textes compréhensibles (même en latin !) ; sans oublier que son interprétation dramatique, juste et émouvante, de grande simplicité, a séduit l’auditoire à en juger par les applaudissements qui ont salué sa prestation.

Stradivaria un fidèle serviteur de la musique baroque

L’ensemble baroque de Nantes, Stradivaria, dirigé par Bertrand Cuiller a créé le fond musical tout au long de la soirée avec grand talent. De plus, il a offert, au titre d’ « intermède », deux pièces de Marc-Antoine Charpentier et a accompagné le ténor Francisco Fernandez Rueda dans une « Salve Regina » d’André Campra qui a été très applaudie.

Jonas et Jephté oratorios de Giacomo Carissimi et Le reniement de Saint-Pierre, oratorio de Marc-Antoine Charpentier. Direction musicale Bernard Cuiller. Mise en scène Christian Gagneron, costumes Claude Masson. Avec Hervé Lamy, Hadhoum Tunc, Francisco Fernandez Rueda. Chœur d’Angers-Nantes Opéra dirigé par Xavier Ribes. Production Atelier de recherche et de création pour l’art lyrique (ARCAL).

A Nantes : 6 représentations entre le 16 septembre et le 2 octobre 2015

A Angers :
Collégiale Saint-Martin, mardi 15, mercredi 16, vendredi 18, samedi 19 mars 2016

En région :
SALLERTAINE (85), Église Saint-Martin, mardi 6 octobre 2015
GUÉRANDE (44), Collégiale Saint-Aubin, vendredi 9 octobre 2015
SABLE SUR SARTHE (72), Église Notre-Dame, vendredi 16 octobre 2015
RENNES, Cathédrale, le 4 novembre
LOUROUX-BÉCONNAIS (49), Église Saint-Aubin, vendredi 6 novembre 2015
PONTMAIN (53), Sanctuaire de Pontmain, vendredi 3 juin 2016
LAVAL (53), Église des Cordeliers, samedi 4 juin 2016

NANTES. THÉÂTRE GRASLIN Réservations 02 40 69 77 18
ANGERS. GRAND THÉÂTRE Réservations 02 41 24 16 40
ANGERS. LE QUAI Réservations 02 41 22 20 20

http://www.angers-nantes-opera.com

Photos JEF RABILLON

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.