Accueil > Les Bas-fonds de Maxime Gorki

Critiques / Théâtre

Les Bas-fonds de Maxime Gorki

par Corinne Denailles

Voyage en Enfer

Partager l'article :

Après deux magnifiques mises en scène, Les Barbares (2006) et Les Estivants (2008) Eric Lacascade revient à Gorki pour la troisième fois. Bien que moins convaincant que dans ses précédentes propositions, il imprime sa marque avec un théâtre très physique, un théâtre de troupe énergique où les émotions passent par le corps. Ce parti pris va bien à cette pièce écrite en 1902 qui met en scène une poignée de laissés-pour-compte, de marginaux et autres déclassés d’une société qui se cherche. Misère, promiscuité, maladie, violence au menu quotidien de ces pauvres hères qui sont au-delà de toute empathie pour autrui, bêtes sauvages qui souffrent d’une telle dégradation. Parmi eux, Louka, surnommé Le Vieux, bienveillant, doux, christique, comme un espoir d’humanité possible, panse les plaies, rassure et disparaît tandis que tous se soûlent en braillant. Scène finale qui verse dans l’excès comme sont excessifs les anachronismes et autres libertés prises avec le texte qui n’avait pas besoin d’actualisation pour résonner. La belle scénographie de Emmanuel Clolus déploie deux grands espaces communs, à l’avant-scène quelques tables éparses, un bar, à l’arrière, derrière un rideau, un dortoir où se déroulera la très émouvante veillée mortuaire, l’assassinat du logeur et la pendaison du poète. De très beaux moments, intenses et émouvants, émaillent ce spectacle très politique en noir et blanc, hommage aux victimes d’un monde sans pitié, d’hier et d’aujourd’hui.

Les Bas-fonds de Gorki, D’après la traduction d’André Markowicz Adaptation et mise en scène Éric Lacascade. Avec Pénélope Avril, Leslie Bernard, Jérôme Bidaux, Mohamed Bouadla, Laure Catherin, Arnaud Chéron, Arnaud Churin, Murielle Colvez, Christophe Grégoire, Alain d’Haeyer, Stéphane E. Jais, Éric Lacascade, Christelle Legroux, Georges Slowick, Gaëtan Vettier. Scénographie Emmanuel Clolus Costumes Marguerite Bordat Lumières Stéphane Babi Aubert Son Marc Bretonnière . Au théâtre des Gémeaux, du vendredi 17 mars au dimanche 2 avril 2017 du mardi au samedi à 20h45
Le dimanche à 17h. réservations : 01 46 61 36 67. Durée : 2h45.


© Brigitte Enguérand

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.