Accueil > Légendes de la forêt viennoise d’Horvath

Critiques / Théâtre

Légendes de la forêt viennoise d’Horvath

par Gilles Costaz

Le destin d’une femme naïve

Partager l'article :

Horvath, c’est l’intelligence de l’individu, du couple et de la collectivité sous une trame populaire qui pourrait se résumer à une chanson réaliste. Dans ces Légendes de la forêt viennoise, où il n’y a pas de légende et juste un peu de forêt viennoise, une jeune femme se laisse prendre au piège d’un destin qui ne peut être que pitoyable. Fille d’un magicien, elle tombe amoureuse d’un petit séducteur petit affairiste qui lui fait mener une vie de pauvresse et la prive de son enfant (mis en nourrice chez une grand-mère sans scrupule, le bébé mourra dans son berceau). Elle en est réduite à jouer les effeuilleuses dans un music-hall grivois. Peut-être pourra-t-elle s’en sortir après s’être séparée de son gredin, en revenant dans sa ville natale et en épousant le boucher du magasin d’à côté de la boutique paternelle...
Yann Dacosta s’est tôt imposé comme un metteur en scène aux solutions justes et inattendues. Le CDN de Normandie, dirigée par David Bobée, lui permet de créer la pièce d’Horvath – plus un spectacle sur la prostitution, Loveless. La tâche est peut-être trop lourde pour lui. Il ne réussit son spectacle qu’à moitié, la vision populaire, le croquis de la vie de province étant très bien mis en place dans un dispositif qui change habilement d’aire de jeu. Mais, pour l’acte qui se passe dans le music-hall à l’érotisme pathétique, il se trompe d’époque – on est dans un life show d’aujourd’hui – et ce qui est demandé aux acteurs est laid et sans deuxième degré. On n’en apprécie pas moins une troupe bien menée où s’affirment notamment les individualités de Laëtitia Botella, Théo Costa-Marini, Dominique Parent, Sandy Ouvrier et qui trace tout un tableau complexe et sinueux.

Légendes de la forêt viennoise d’Odön von Horvath, par la Compagnie du Chat foin
mise en scène Yann Dacosta
 assistante à la mise en scène Hélène Francisci
compositeur Pablo Elcoq (d’après Johann Strauss II)
musiciens sur scène Pauline Denize et Pablo Elcoq
 texte français de Hélène Mauler et René Zahnd
avec Théo Costa-Marini, Laëtitia Botella, Dominique Parent, Sandy Ouvrier, Jean-Pascal Abribat, Maryse Ravera, Jade Collinet, Pierre Delmotte, Florent Houdu, Jean-François Levistre, Pauline Denize, Pablo Elcoq
. Costumes Corinne Lejeune
création lumière Samaël Steiner
scénographie / accessoires Fabien Persil
 créateur son Johan Allanic
 mise en danse Frédérike Unger
maquillage Agnès Blin
coiffure Céline Baju.

En tournée, après la création au Centre dramatique national de Normandie (théâtre de la Foudre, Rouen) : Cherbourg, le Trident, 8 et 9 novembre. Alençon, 15 novembre. Vire, 28 novembre. Evreux, le Tangram, 7 décembre. Caen, CDN, les 12 et 13 décembre.

Photo Arnaud Bertereau. Agence Mona.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.